27 février 2018

running froid hiver

Running dans le froid : 4 conseils pour courir par temps froid – hiver

L’hiver ne sonne pas la fin de vos sorties de course à pied en extérieur. Bien que les ardeurs soient rafraîchies par la température, ces quelques conseils vous permettront de pratiquer votre sport favori tout en restant léger et continuer à vous amuser lors de votre entrainement Jiwok !

1- Se couvrir ? Oui mais pas trop !

Quand la température avoisine les 0°C ou qu’il neige, il est important de bien se couvrir afin de ne pas attraper un vilain coup de froid. Toutes les parties sensibles devraient ainsi être protégées du froid mais contrairement aux pratiques qui favorisent la superposition de plusieurs vêtements, les nouvelles technologies utilisées par les fabricants de matériels sportifs sont légères et confortables. Vous n’aurez plus besoin de porter plusieurs vêtements pour avoir la température voulue, surtout lorsque vous courez dehors, il vous suffit juste de choisir les bonnes matières.

Il n’est pas conseillé de porter des vêtements en coton lorsque vous faites votre entrainement dans le froid car cette matière ne favorise pas l’élimination de l’humidité. Préférez plutôt le polypropylène ou des tissus synthétiques avec lesquels une seule couche suffit pour garder votre corps sec. Pour se protéger contre le vent et les précipitations, mettez un survêtement respirable en nylon ou imperméable. Cela suffit amplement pour vous donner du peps et aller courir dans de bonnes conditions. Toutefois, si la température descend au-dessous des -20°C (c’est surtout pour nos amis Canadiens), mettez une polaire sous votre survêtement.

Vous pouvez retrouver notre article complet sur les 6 équipements running nécessaires pour se protéger du froid.

2- Protégez votre tête et votre cou

Pour commencer, sachez que 40% de la chaleur du corps s’échappe de votre tête lorsque vous courez dans le froid. Afin de préserver votre température corporelle, pensez à porter une bonnet ou casquette adapté au froid. Si les températures sont vraiment glaciales, il serait plus prudent de couvrir le cou et le visage avec un cache cou, un bandeau ou bien avec une cagoule. En laine ou en molleton, ces accessoires peuvent couvrir la bouche et réchauffer l’air que vous respirez. D’autres modèles de bonnet de running sont également disponibles sur le marché ou bien des caches-oreilles. Vous pouvez également utiliser des casques pour écouter de la musique tout en protégeant vos oreilles.
Lire la suite »


31 janvier 2018

manchon de compression chaussette de compression

A quoi servent les vêtements de compression dans le sport ?

Vous avez probablement vu des coureurs portant des chaussettes de compression hautes, manchons de compression, cuissards et collants, et vous vous êtes demandé de quoi il s’agit et si vous devez aussi en acheter, et lesquels pour les porter lors de vos plans d’entrainement running.

Ces vêtements sont basés sur un concept médical validé il y a longtemps: les vêtements de compression, fabriqués avec des tissus très techniques, elastiques et à compression graduée qui moulent les différentes parties du corps, améliorent la circulation sanguine et lymphatique.

Dans le sport, les vêtements de compression sont destinés à améliorer les performances et à accélérer la récupération. Bien qu’il n’y ait pas encore de consensus parmi les experts sur les bénéfices des vêtements de compression, la recherche a montré qu’ils pourraient faire ce que les fabricants disent qu’ils font (Vous me suivez 🙂 )

Plus de performances pour les courreurs

Comment ça marche: La pression des vaisseaux sanguins provoque une dilatation, qui favorise un plus grand flux de sang et d’oxygène dans les muscles compressés et permet l’élimination des toxines. Ainsi, cela augmente la capacité des muscles à produire de l’énergie et permet à celui qui porte ce type de vêtements de courir plus vite.

Est ce que cela fonctionne vraiment ?

Lire la suite »


29 janvier 2018

alcool running sport course a pied

Pourquoi l’alcool est mauvais pour le coureur et les sportif ?

Quand je dis « boire ou courir », je parle évidemment d’alcool et non pas d’hydratation pendant après vos séances d’entrainement.

Le sport et l’alcool ne font pas bon ménage lorsqu’il s’agit de pratiquer un entrainement ou une compétition. Bien rares sont ceux qui penseraient à suivre une séance de running (ou de fitness) soûl.

Mais on pense moins au fait que la consommation d’alcool, à table ou de façon plus festive, est mauvaise pour la pratique du sport sur le moyen et long terme. Mais puisqu’il reste bien difficile de se priver d’une bonne bouteille ou d’une occasion de faire la fête, voyons un peu comment se ménager au préparer pour aller courir dans de bonnes conditions.


1-La réhydratation

L’alcool déshydrate, c’est bien connu. Les habitués des soirées vous diront même qu’il faut alterner un verre d’eau ou de soda avec un verre d’alcool. En effet, la déshydratation se fait sentir dès l’absorption d’un alcool supérieur à 4°.

Dès lors, il convient de récupérer de sa déshydratation lors d’une séance de course à pied avant même d’entamer une soirée ou un repas où le vin sera servi.

Ainsi, en remettant son corps d’aplomb, on sentira moins les effets de la déshydratation causée par l’alcool. Il reste aussi conseillé de bien boire de l’eau entre chaque verre d’alcool de façon à limiter en cours de soirée la déshydratation.

2-Le choix des alcools

Même si sans alcool la fête est plus folle, on aime bien boire un verre de temps en temps. Il y a justement quelques petites choses à savoir concernant le choix de ses alcools. En deçà de 4° d’alcool dans le liquide, les effets de la déshydratation ne se font pas sentir.
C’est vrai que le choix se limite au cidre qui est un choix moyen en raison du taux de sucre.

Au delà de ce taux, plus il y a d’alcool, plus la soif se fait sentir. En conséquence, surtout pendant une période de sport intense, il faut se militer aux alcools les moins violents et préférer une bière légère à une bouteille de vin.

3-Le choix de l’abstinence

L’abstinence en terme d’alcool concernant les grands sportifs n’est en rien un secret. Mais elle doit concerner aussi ceux qui se trouvent dans une grosse phase d’entrainement ou qui sont en période de compétition. En effet, l’alcool ralentit le processus de récupération musculaire. Or, en période intensive, cette récupération est primordiale pour être en bonne condition.

L’alcool ne fait donc pas bon ménage avec le sport intense et d’autant plus la course à pied. L’alcool est mauvais aussi pour les tendons qui sont placés d’emblée dans un état pro-inflammatoire. En somme, le moindre petit écart de sollicitation de vos tendons peut entraîner tendinites et blessures à cause de la présence d’alcool.

4- Une consommation responsable

Naturellement, personne n’incite à la consommation d’alcool. Elle est toutefois assez inévitable. Si on sait qu’une période intense de sport ou de running est peu compatible avec l’alcool, il convient donc de programmer ses soirées en fonction de son entrainement.

Si vous savez que vous avez dans l’année, admettons durant les fêtes de fin d’année, une période plus légère en sport, c’est l’occasion de moins culpabiliser sur votre consommation d’une bonne bouteille de vin. Celle ci aura moins d’impact sur votre organisme que de jongler entre aller courir et les soirées entre amis.
Lire la suite »


22 janvier 2018

courir-10km-40-minutes

Comme en ce moment, la pluie c’est le quotidien du runner, voici mes conseils pour continuer à prendre du plaisir malgré la pluie.

6 Conseils pour courir sous la pluie : Pour que courir sous la pluie devienne un plaisir

Comme nous vivons pas dans un pays avec 360 jours ensoleillement (hélas et vu ce qui est tombé dernièrement !!!), je suis obligé de vous donner des conseils pour courir sous la pluie….

Vous avez commencé votre entrainement de running (ou vous êtes en plein de dedans) mais les jours de pluie s’accumulent.

Il serait dommage de perdre tous les bénéfices de votre entraînement en stoppant votre entrainement de running à cause de la pluie !

En suivant quelques précautions, vous verrez que courir sous pluie n’est pas si désagréable qu’il n’y paraît. Ce sont les premiers mètres qui vous paraîtront les plus durs. Ensuite, une fois habitué à la pluie, elle ne vous gênera même plus.

Pour un jogging sous la pluie réussi, il faut néanmoins suivre quelques conseils.

1- Tout d’abord, il va falloir adapter votre équipement pour ce type de running.

Si en plus de pleuvoir il fait froid, mettez une couche supplémentaire. Pour courir sous la pluie, l’idéal est de porter des vêtements de running technique éliminant la sueur et l’eau due à la pluie ainsi qu’un coupe vent dont la matière vous permettra d’être mouillé moins vite.

Ne vous couvrez cependant pas trop en pensant être protégé par la pluie. En effet, vos vêtements risqueraient de devenir lourds et humides et de vous gêner plus qu’autre chose.

2- Adoptez également la casquette avec rebord. Elle protégera votre visage de la pluie et vous permettra d’y voir clair même lorsque les averses sont intenses.

3- Au niveau des chaussures (Comment bien choisir ses chaussures de running), mieux vaut prendre une vieille paire pour courir sous pluie. En effet, la pluie va accentuer l’usure des chaussures. Mieux vaut donc épargner votre nouvelle paire.

N’oubliez pas de les sécher une fois votre séance de running terminée, histoire de leur éviter de se déformer.
Lire la suite »


09 janvier 2018

avis et test Boisson de récupération Apurna v2

Avis et test de la boisson de récupération Apurna

Les Jiwoker continuent de tester des produits et partagent avec vous leurs avis et leur ressenti.

Aujourd’hui, 2 Jiwokers ont testé la boisson de récupération de la marque Apurna.

Apurna est une société spécialisée depuis de nombreuses années dans le développement de produit de nutrition sportive.

Comme je vous le dis souvent, l’hydration c’est important pendant votre entrainement. Et comme c’est important, vous devez boire des boissons adaptés à votre effort.

Voici donc le test de nos 2 Jiwoker.

Test de Magalie

« Bonjour Denis,

Voici mon test pour les boissons de récupérations Apurna.

Pour commencer je vous donne quelques infos sur ma pratique, je me suis remise à courir il y a un peu plus d’un an je courais 1h pour 8 km après un claquage et une douleur au mollet (qui serait une tendinite de la patte d’oie).

J’ai donc fait un arrêt totale de 2 mois et repris tout doucement au mois d’octobre. Le mois dernier j’ai atteint mon 1er objectif de finir un 10km !

Depuis, je cours 2 fois par semaine 10 km voir un peu plus je suis arrivée à 11km en 1h13!!!

J’ai reçu les boissons Apurna la semaine dernière une au citron et l’autre à l’orange au niveau du goût je préfère celle au citron, elle réhydrate bien juste après l’effort et j’ai l’impression que le réel effet de récupération se fait sentir le lendemain, moins de courbatures, de douleurs aux jambes.

En comparaison, j’ai couru 10,8 km en 1h 10 et j’ai utiliser la boisson que je prends d’habitude Iso star et j’ai mal au mollet donc je pense que je vais avoir du mal à me lever demain matin et avoir une sensation de jambes lourdes que je n’ai pas eu avec Apurna.
Au niveau transit pas de mettre soucis pas de changement.

Après au niveau de la présentation en petite bouteille, c’est certes pratique mais à mon avis pas donné.

J’ai vu à 2€ la bouteille sur internet, ça revient vite cher. Après j’ai vu qu’elle existait en poudre comme celle que j’utilise actuellement, donc elle est un petit peu plus cher que celle que je prends.

Mais comme j’ai ressenti un effet positif je suis prête à mettre un peu plus.

En conclusion, cette boisson remplie bien sa fonction. »
Lire la suite »


20 novembre 2017

progresser en running

Comment s’améliorer en running et être plus performant

Ce n’est pas à vous que l’on va apprendre l’importance du sport et en particulier du running.

Toutefois, aussi bonne soit la pratique du sport, même pour un coureur de bon ou de haut niveau, il y a des règles à respecter.

Si vous êtes un débutant en running, ces 7 règles, ce sont de bonnes pratiques sportives à suivre bien sûr dès le début.

Mais aussi des règles de vie que l’on a tendance à négliger et qui peuvent venir à nuire à votre vie de coureur. Voici quelques notes de sagesse toujours bonnes à prendre.

1- La régularité

On fait du sport pour s’améliorer, on fait du sport pour se maintenir en forme. Mais pour réussir ce pari, il convient tout d’abord de faire du sport de façon régulière. Votre corps a besoin de cette régularité. Si vous courez tous les jours une semaine et une fois la suivante, cela ne servira à rien.
Il faut au minimum s‘astreindre 2 à 3 séances dans la semaine. Ces séances seront de préférence à heure fixe et proche de votre domicile ou travail pour ne pas se démotiver.
Dans la même semaine, il est toutefois bon de varier les types d’entraînement comme l’endurance une fois, le fractionné ou les allures variables ensuite.
C’est le cas de tous les entrainements Jiwok qui vous proposent des séances différentes chaque semaine.

2- Votre corps vous parle, écoutez-le

Faire du sport, c‘est avec l’intention de faire du bien à son mental mais aussi à son corps. Mais il arrive que celui ci peine avec votre activité physique. Le running est éprouvant pour le corps avec environ 800 à 1.000 pas au kilomètre.
Votre corps va exprimer sa fatigue et il convient donc de repérer des signes comme les troubles du sommeil, la perte de poids, l’accroissement du rythme cardiaque au repos ou bien encore des infections bénignes mais à répétition.
Si votre corps vous parle via ces signaux, c‘est que la fatigue est excessive. Il convient alors de vous ménager avant qu’elle n’entraîne des blessures qui seront plus dommageables.

3- Règle des 10%

Dans le monde de la course à pied comme dans les autres, on aime bien cadrer les éléments avec des données mathématiques. Le running n’y échappe pas avec ce que l’on appelle la règle des 10%.
L’idée est là à nouveau de maintenir votre corps dans un bon état de forme pour éviter les blessures qui surviennent facilement chez le runner.
Lorsque vous voulez progresser, il ne faut pas le faire par palier de plus de 10 %. Ainsi, si la première semaine vous avez parcouru 15 kilomètres, il ne faut pas faire plus de 16,5 kilomètres la semaine suivante. La progression peut sembler lente mais qui veut voyager loin ménage sa monture.
Le coach Jiwok prennent en considérant cette règle pour réaliser nos entrainements.
Lire la suite »


07 novembre 2017

Le bon équiment pour bien préparer son Trail

Récemment, je vous ai présenté les plans d’entrainement Trail de nos coach Jiwok. il est maintenant l’heure de vous donner des conseils concernant l’équipement adapté à votre course de trail.

Je vous rappelle que contrairement aux courses sur route (10 km, semi marathon, marathon), le trail se déroule en pleine nature. Ainsi courir en plein nature et souvent aussi en montagne impose une équipement (presque) complètement différent du running.

Le trail est une activité sportive qui peut être considérée comme une épreuve de course à pied s’exerçant en auto-suffisance et sur tout type de terrain.

Le trail se décline en plusieurs sous-catégories telles que le trail court, dont la distance s’étend de 20 à 40 kilomètres, le trail long, qui peut impliquer une distance se situant entre 40 et 80 kilomètres, et l’ultra-trail, dont la distance peut aller de 130 à 160 kilomètres !

Comme vous le savez peut-être, la trail se distingue des épreuves de course à pied (10 km, semi marathon, marathon), entre autres, par le fait qu’il se pratique en pleine nature.

En effet, si vous êtes néophyte en ce qui concerne le trail, vous risquerez d’être dérouté par le fait que vous ne trouverez ni indications kilométriques, ni ravitaillements réguliers.

Afin de pratiquer le trail particulièrement physique dans les meilleures conditions possibles, il va de soi que vous devez pouvoir gérer efficacement le couple effort-alimentation et avoir suivi un entrainement trail, certes, mais un équipement trail complet demeure également primordial.

Tout d’abord, vous procurer une tenue technique et adaptée sera des plus importants. Vous consacrerez cette tenue aussi bien à l’entrainement trail qu’à la course.

Il est indispensable de vous procurer un t-shirt en matière « respirante » et qui sèche rapidement, offrant ainsi une évacuation de l’humidité et de la respiration, le coton est donc à proscrire. Optez si possible pour un modèle pourvu d’un col qui protégera votre cou, et de poches latérales dans lesquelles vous pourrez ranger vos accessoires.

Ces règles s’appliquent également au bas de votre tenue : évitez le coton, privilégiez la technique et l’ergonomie. Par temps froid, vous devriez préférer un collant, mais un short devrait, en général, faire l’affaire.

Notez qu’un soin tout particulier se doit notamment d’être apporté au choix des chaussettes. Les chaussettes en laine tout comme les chaussettes synthétiques sont à bannir. En contrepartie, le coton est ici à privilégier.

Par ailleurs, vous devez sélectionner des chaussures adaptées à la pratique du trail (les semelles sont plus épaisses que celles de la course à pied afin en autre de procurer un amorti adapté au terrain escarpé).

Enfin, pour ce qui est du slip et des sous-vêtements en général, évitez une fois de plus le coton qui a tendance à absorber la transpiration.

Vous savez désormais quel type de tenue il faut adopter pour entamer un tel effort physique. Mais bien évidemment, le trail étant une activité d’autonomie en milieu naturel, votre sacs et autres pochettes demandera également d’être choisi avec le plus grand soin.
Lire la suite »


About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories