course-à-pied

Venez découvrir les apports de la course à pied en terme de santé. Suivez les conseils pour maigrir et profiter de vos entrainements.

30 novembre 2020

barefoot running ou minimalisme running

Minimalisme running ou aussi appelé Barefoot Running – Chaussure minimaliste

Vous êtes nombreux à vous poser des questions sur le « Barefoot Running » et comme il y a un accroissement de la pratique du Barefoot en France, je vous re-publie cet article.

Le barefoot running est une discipline venant des Etats-Unis et qui consiste à pratiquer la course à pied (running) pied-nu (barefoot) ou avec des chaussures minimalistes.

Notre podologue du sport a testé pour vous cette pratique.

Cet article a pour objectif de mettre en lumière les inconvénients et les bienfaits de cette pratique, il faut savoir à ce jour qu’il n’y a pas d’études approfondies sur le sujet. Il y aura donc une approche très personnelle de cette discipline.

Vous pourrez ainsi pratiquer ou non le barefoot pendant vos séances d’entrainement Jiwok.

1) Débuts difficiles

Mon 1er contact avec le barefoot running fut très mauvais et remonte à août 2010 lors d’un voyage à New York. Lors d’une promenade dans Central Park je remarque de nombreux coureurs qui portent des chaussures ressemblant à des gants pour pieds, ce sont les fameuses chaussures minimalistes.

Curieux et un peu sportif moi-même je m’arrête à la première boutique de sport que je trouve et je m’en achète une paire.

Le soir même je prends mes chaussures minimalistes pour une petite course, je file le long de la Hudson River et là c’est le drame.

Je suis obligé de m’arrêter au bout de 20 minutes à cause de douleurs intenses dans la plante du pied (j’ai les pieds plats et je souffre d’aponévrosite plantaire si je ne porte pas mes semelles orthopédiques pendant le sport).

Je rentre donc à l’hôtel plutôt déçu et me disant que le barefoot running ce n’est pas fait pour les pieds plats.

Pendant la nuit, souffrant du décalage horaire, mon escapade ratée me turlupine beaucoup. Je prends donc mon ordinateur décidé de voir ce qu’Internet peut m’apporter sur le sujet, tout d’abord sur les forums je suis content de constater que je ne suis pas le seul à avoir eu ce problème.

En approfondissant ma recherche, quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’un des podologues du sport américain les plus connus au monde avaient publié un article sur le fait que le barefoot running était excellent pour les pieds plats et que cette pratique pouvait même permettre de restructurer l’arche interne du pied grâce à la mise en tension des muscles de la plante du pied pendant la course pied nu.

Le petit bémol est que pour pouvoir apprécier le barefoot running encore faut-il avoir la bonne technique de course.

2) La technique de course

Mon problème étant que je cours (comme 75% à 80% des coureurs) en atterrissant sur mon talon et en ayant l’habitude que l’impact de mon corps soit amortit par les matériaux amortissant qui sont mis dans le talon de mes chaussures de sport.

Cette technique de course qui en soit n’est pas « naturelle » est incompatible avec le port de chaussure minimaliste et cela déclenche des pathologies comme l’aponévrosite plantaire ou pire des fractures de fatigues liées à l’impact de mon pied au sol.

Le barefoot runner expérimenté sait pertinemment et à juste raison quand lorsqu’il court il doit limiter au maximum le contact talon/sol, il doit atterrir sur la plante du pied voir même directement sur l’avant pied. La longueur de la foulée doit être raccourcie et la cadence doit augmenter.

Les pros barefoot running tiennent comme discours que nous sommes biomécaniquement conçus pour courir de cette manière et que l’amortissement naturel lié au geste précis que font la jambe et le pied est suffisante pour éviter les douleurs.

De plus le fait de ne pas atterrir sur le talon mais de dérouler la foulée de manière plus fluide en atterrissant sur l’avant pied permet de disperser les contraintes mécaniques ascendantes et donc d’épargner vos articulations sus jacentes notamment les genoux.

Force est de constater que d’après les études biomécaniques récentes; ils ont tout à fait raison de penser cela.
Lire la suite »


10 novembre 2020

Tout savoir sur vos chaussures de running

A travers cet article long et détaillé, vous serez tous sur votre paire de chaussure de running que vous avez aux pieds pendant vos séances d’entrainement Jiwok!

Quand je vous dis tout, c’est vraiment tout !

Notre podologue a réalisé une autopsie de la chaussure de running (voir les 7 conseils pour bien choisir sa chaussure de running)

Bonne lecture.

« Actuellement, il devient de plus en plus difficile de choisir « LA » bonne paire de chaussures de course, nous sommes totalement inondés d’informations souvent peu fiables voir même contradictoires.

Il est presque autan compliqué de choisir sa paire de chaussure que de choisir une voiture ou une maison, pour le sport qui se veut être le plus simple du monde, c’est quand même un comble.

Dans cet article, nous allons uniquement nous concentrer sur les composants de la chaussure censés avoir une influence sur notre foulé et notre biomécanique (sachant que la majorité des études en laboratoire de mouvement tendent à montrer que la plupart des sportifs ne réagissent pas à la chaussure comme le souhaite l’équipementier).

Pour choisir sa paire de chaussures, il y a quelques paramètres évidents et importants à prendre en compte tel que : son poids, ses performances (distance, fréquence, vitesse…etc), le type de terrain utilisé, son type de foulée et son type «foot strike» (partie du pied entrant en contact en premier avec le sol lors de la phase d’appui).
Lire la suite »


03 novembre 2020

marche rapide

Voici pourquoi La marche rapide – Marche sportive est une bonne alternative au running

Il arrive régulièrement au cours de la pratique de la course à pied que l’on désire changer, pour un temps ou définitivement, d’activité sportive.

Cet arrêt, plus ou moins transitoire, fait souvent suite à une blessure.

Le joggeur cherche alors un sport de compensation lui permettant de travailler le foncier en attendant de reprendre son activité de prédilection.

Malheureusement, parfois, cet arrêt doit être envisagé à long terme notamment en cas de blessure articulaire, d’arthrose (cheville, genou) ou de douleur lombaire.

En fonction des symptômes, le sportif se tournera vers un –ou plusieurs- autre sport de fond ; typiquement le « vieux joggeur » en forme devient triathlète !

En effet les sports portés (natation et cyclisme), de par leur absence d’impact, sont beaucoup plus doux pour les articulations.

Le sportif pourra donc le plus souvent continuer une activité sportive soutenue tout en continuant à pratiquer à minima la course à pied.

Mais parfois plusieurs problèmes peuvent se poser pour cette « diversification sportive » :

– Le manque de matériel (vélo) ou d’équipement (piscine, piste cyclable) à proximité
– Le manque de facilité de pratiquer au cœur de la ville ou lors de la pause déjeuner
– Le coût du vélo et la possibilité de le stationner
– L’allergie au chlore
– Et parfois (souvent) le coureur n’aime QUE ses baskets !

Il existe une alternative intéressante de la course à pied qui est de plus en plus plébiscité par le public : la marche rapide – marche sportive !
Lire la suite »


21 octobre 2020

jiwok_gourde.PNG

Recette pour enlever le gout de plastique d’une gourde

Si vous entraînez en emportant votre gourde (c’est souvent le cas lors des longues sorties pour les préparations semi, marathon ou trail), vous avez sûrement déjà connu cela : le goût infecte du plastique de votre gourde ou de votre camelbak.

En effet, quand vous achetez une gourde afin de boire avant, pendant et après votre effort (Je ne vous rappellerai jamais combien il est important de s’hydrater quand on fait du sport), il y a toujours un goût désagréable. (presque toujours)

Ce n’est pas une fatalité ! Si vous suivez mes conseils, vous pourrez vous débarrasser définitivement de ce mauvais goût.

Voila des recettes pour évacuer ce gout D********** 🙂
Lire la suite »


15 septembre 2020

drogué runner course

Pour démarrer la rentrée, voici un article humoristique sur les accro au running.

Courir, encore, toujours. Dès les premières séances de course à pied, on commence à y prendre goût et on ne peut quasiment plus s’en passer.

Il y en a même qui y sont accro comme de nombreux Jiwoker !

Pour savoir si tu fais partie de ses inconditionnels du running, ci-dessous 50 signes qui ne trompent pas.

1- Tu aimes l’odeur de la sueur. Tu trouves même que rien n’est plus envoûtant que ton odeur corporelle après une séance de running.

2- Tu es membre de plusieurs groupes de runners sur les principaux réseaux sociaux.

3- Ton réveil est activé 7 jours sur 7, à l’aurore, pour t’indiquer que c’est l’heure de ta séance matinale.

4- Il n’y a que des musiques pour courir dans tes playlists.

5- Tu es abonné à divers magazines de course à pied.

6- Qu’il vente ou qu’il neige, par tous les temps, courir est sacré pour toi et tu ne sautes jamais une séance.

7- Les équipements de running occupent une très grande partie de ta garde-robe.

Lire la suite »


01 septembre 2020

debuter-en-course-a-pied5

Commencer la course à pied : les 6 réponses à vos principales questions

Coureur débutant, voici des conseils pratiques pour bien débuter en course à pied (running) et progresser rapidement.

Vous n’avez jamais pratiqué de sport, vous venez de reprendre la course à pied ?

Voici quelques réponses aux questions que vous vous posez :

 1  Je commence par quoi ?
 2  Est ce que j’ai les bonnes chaussures ?
 3  Courir en extérieur ou sur un tapis ?
 4  Je n’ai pas de souffle
 5  J’ai des points de côté
 6  Comment je dois respirer ?

1- Par quoi puis je commencer ?

Commencez avec un objectif raisonnable. Courir en continu 30 minutes est bon début.

Vous trouverez des entrainement débutant Jiwok ici qui vous permettront de courir 30 minutes sans difficulté après quelques semaines.

Il est important de ne pas vous mettre des objectifs trop ambitieux. En effet, passez de 0 séances à courir tous les jours en voulant courir 1 heure en continu, c’est très compliqué et il y a 90 % de chance que vous abandonniez.

Avec un entrainement débuter le running avec comme objectif courir 30 minutes avec 2 ou 3 séances par semaine, c’est largement suffisant pour vous y mettra.

Vous pourrez progresser au fur et à mesure et surtout prendre du plaisir rapidement.

2- Quel type de chaussures dois-je porter ?

Les chaussures de running sont vraiment importantes.

Ne lésinez pas dessus, ne courrez pas avec vos « baskets de tous les jours ».

Il est vraiment important d’investir dans une vraie paire de chaussure de running (pas forcément les plus chères) qui vous aiderons lors de vos séances et surtout vous éviterons les blessures.

Pour cela visitez les magasins spécialisés pour trouver la chaussure qui vous convient.

Voici nos 7 conseils pour bien choisir une paire de chaussure de running.

3- Quelle est la différence entre courir sur un tapis et en extérieur?

Un tapis roulant « tire » le sol sous vos pieds, et vous n’avez pas a résister au froid et au vent, deux facteurs qui rendent un peu plus facile en cours d’exécution.

La pratique sur tapis est idéale si vous êtes en surpoids, ils diminuent l’impact sur votre corps. (Les entraînements tapis Jiwok sont ici)
Lire la suite »


22 juillet 2020

foam roller running

Test d’un Foam Roller et comment se servir d’un Foam Roller quand on court (running) + video

Un Foam Roller, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’un rouleau de mousse souvent constitués de petits reliefs (picots par exemple) qui permet de pratiquer l’automassage des muscles.

Un mini kiné à la maison.

Parce qu’à moins d’être un sportif professionnel, on a rarement ce type de massage quotidiennement.

(Je vous invite à lire notre article sur les avantages des massages lors qu’on court ou que l’on pratique un sport)

Il permet de s’échauffer (idéal l’hiver avant la course à pied par exemple), ou de remplacer/compléter les étirements après votre séance de running Jiwok

En revanche, on évite de s’en servir 2h après l’entraînement : le muscle est contracté mais n’est plus chaud, et cela risque d’être trop douloureux.

Mieux vaut attendre le lendemain.

A quoi ça sert ?

Il détend les fibres musculaires. Ainsi assouplies, les douleurs musculaires diminuent.Les muscles sont plus étirés, gagnent en flexibilité : on devient plus souple.

Les tissus musculaires se renforcent, ce qui diminue le risque de blessure.
Le Foam Roller favorise la récupération et permet d’échauffer le corps (formidable en hiver avant d’aller courir)

Le bonus : Il permet de lutter contre la cellulite et contra la sensation de jambes lourdes en améliorant la circulation.

Le second bonus : On se gaine en pratiquant.

Comment ça marche ?

Le Foam Roller déclenche une réaction naturelle du muscle : le relâchement myofascial. En effet, en pressant le muscle contre le rouleau, il va se contracter.

A force de va-et-vient et de contractions, un second réflexe apparaît : le relachement.

Le muscle se décontracte. C’est ainsi que l’on va aider les noeuds et les douleurs à disparaître.

En pratique :

Les positions sont un peu étranges à adopter au début. Pour les quadriceps par exemple, on se met en position gainage, bras tendus, et on installe le rouleau juste au dessus des genoux.

Ensuite, on va faire glisser son corps sur le rouleau jusqu’au haut des quadriceps, et faire des va-et-vient pendant 30 secondes à 1 minute.

Puis, on fait la même chose sur l’arrière des cuisses, sur les mollets, sur le haut du dos, etc.

Attention, on évite les articulations et le bas du dos.

Le mieux, c’est de regarder une vidéo :

Lire la suite »


About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories