30 novembre 2020

barefoot running ou minimalisme running

Minimalisme running ou aussi appelé Barefoot Running – Chaussure minimaliste

Vous êtes nombreux à vous poser des questions sur le « Barefoot Running » et comme il y a un accroissement de la pratique du Barefoot en France, je vous re-publie cet article.

Le barefoot running est une discipline venant des Etats-Unis et qui consiste à pratiquer la course à pied (running) pied-nu (barefoot) ou avec des chaussures minimalistes.

Notre podologue du sport a testé pour vous cette pratique.

Cet article a pour objectif de mettre en lumière les inconvénients et les bienfaits de cette pratique, il faut savoir à ce jour qu’il n’y a pas d’études approfondies sur le sujet. Il y aura donc une approche très personnelle de cette discipline.

Vous pourrez ainsi pratiquer ou non le barefoot pendant vos séances d’entrainement Jiwok.

1) Débuts difficiles

Mon 1er contact avec le barefoot running fut très mauvais et remonte à août 2010 lors d’un voyage à New York. Lors d’une promenade dans Central Park je remarque de nombreux coureurs qui portent des chaussures ressemblant à des gants pour pieds, ce sont les fameuses chaussures minimalistes.

Curieux et un peu sportif moi-même je m’arrête à la première boutique de sport que je trouve et je m’en achète une paire.

Le soir même je prends mes chaussures minimalistes pour une petite course, je file le long de la Hudson River et là c’est le drame.

Je suis obligé de m’arrêter au bout de 20 minutes à cause de douleurs intenses dans la plante du pied (j’ai les pieds plats et je souffre d’aponévrosite plantaire si je ne porte pas mes semelles orthopédiques pendant le sport).

Je rentre donc à l’hôtel plutôt déçu et me disant que le barefoot running ce n’est pas fait pour les pieds plats.

Pendant la nuit, souffrant du décalage horaire, mon escapade ratée me turlupine beaucoup. Je prends donc mon ordinateur décidé de voir ce qu’Internet peut m’apporter sur le sujet, tout d’abord sur les forums je suis content de constater que je ne suis pas le seul à avoir eu ce problème.

En approfondissant ma recherche, quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’un des podologues du sport américain les plus connus au monde avaient publié un article sur le fait que le barefoot running était excellent pour les pieds plats et que cette pratique pouvait même permettre de restructurer l’arche interne du pied grâce à la mise en tension des muscles de la plante du pied pendant la course pied nu.

Le petit bémol est que pour pouvoir apprécier le barefoot running encore faut-il avoir la bonne technique de course.

2) La technique de course

Mon problème étant que je cours (comme 75% à 80% des coureurs) en atterrissant sur mon talon et en ayant l’habitude que l’impact de mon corps soit amortit par les matériaux amortissant qui sont mis dans le talon de mes chaussures de sport.

Cette technique de course qui en soit n’est pas « naturelle » est incompatible avec le port de chaussure minimaliste et cela déclenche des pathologies comme l’aponévrosite plantaire ou pire des fractures de fatigues liées à l’impact de mon pied au sol.

Le barefoot runner expérimenté sait pertinemment et à juste raison quand lorsqu’il court il doit limiter au maximum le contact talon/sol, il doit atterrir sur la plante du pied voir même directement sur l’avant pied. La longueur de la foulée doit être raccourcie et la cadence doit augmenter.

Les pros barefoot running tiennent comme discours que nous sommes biomécaniquement conçus pour courir de cette manière et que l’amortissement naturel lié au geste précis que font la jambe et le pied est suffisante pour éviter les douleurs.

De plus le fait de ne pas atterrir sur le talon mais de dérouler la foulée de manière plus fluide en atterrissant sur l’avant pied permet de disperser les contraintes mécaniques ascendantes et donc d’épargner vos articulations sus jacentes notamment les genoux.

Force est de constater que d’après les études biomécaniques récentes; ils ont tout à fait raison de penser cela.
Lire la suite »


21 octobre 2020

jiwok_gourde.PNG

Recette pour enlever le gout de plastique d’une gourde

Si vous entraînez en emportant votre gourde (c’est souvent le cas lors des longues sorties pour les préparations semi, marathon ou trail), vous avez sûrement déjà connu cela : le goût infecte du plastique de votre gourde ou de votre camelbak.

En effet, quand vous achetez une gourde afin de boire avant, pendant et après votre effort (Je ne vous rappellerai jamais combien il est important de s’hydrater quand on fait du sport), il y a toujours un goût désagréable. (presque toujours)

Ce n’est pas une fatalité ! Si vous suivez mes conseils, vous pourrez vous débarrasser définitivement de ce mauvais goût.

Voila des recettes pour évacuer ce gout D********** 🙂
Lire la suite »


19 octobre 2020

courir le soir accessoire brassard

Bien s’équiper pour courir le soir (ou la nuit) – équipement running

Vous êtes nombreux à courir et suivre les conseils de votre coach Jiwok, le soir après une journée de travail.

Vous pouvez lire notre article sur Courir le matin ou le soir ?)

En été, c’est assez facile d’être visible, puisque le soleil se couche assez tard.

Par contre, quand arrive l’automne et l’hiver, c’est déjà plus compliqué. A 6 heure (voir même plutôt), la nuit est déjà présente.

Certaines marques comme Kalenji ou Saucony, proposent des lignes de vêtements de running adaptées aux sorties de course à pied de nuit.

Vous avez aussi la possibilité d’acheter un brassard réfléchissant à porter autour du bras afin d’être visible de loin.
Lire la suite »


05 octobre 2020

polo running jogging course à pied

Courir avec élégance : Iffley Road

Avant (on va dire avant l’an 2000), le runner (et la runneuse) n’avaient pas beaucoup de choix au niveau son équipement : des t-shirts moches, des shorts moches et des chaussures…moches 🙂

Puis petit à petit, les équipements de running sont devenus plus techniques (mais toujours aussi moche).

Et enfin, les équipementiers (surtout Nike) se sont dit que les coureurs et coureuses pouvaient aussi avoir envie de courir avec de jolis vêtements de running.

Surtout que le running est devenu au fil des années de plus en plus populaire et de plus en féminin.

Pour résumer cette tendance : oui pour courir, mais avec élégance.

Nike avait commencé sur cette voie avec la collaboration avec le créateur Jun Takahashi avec la gamme running “Gyakusou”.

Outre les « gros » équipementiers, des petits indépendants se lancent aussi sur cette niche (comme Track Smith que je vous avais présenté).

Aujourd’hui, je souhaite vous présenter un autre indépendant, la marque Iffley Road.
Lire la suite »


22 juin 2020

courir quand il fait chaud été canicule et forte chaleur

Mes 11 conseils pour courir quand il fait chaud (courir en été)

Les fortes températures arrivent, il commence à faire très chaud dans certaines régions de France.

Par ailleurs, si partez en vacances (ce que je vous souhaite) dans un pays où le soleil tape fort, vous devez prendre en compte cette chaleur et ne pas faire n’importe quoi.

Il est donc très important de suivre certaines règles de base lorsque vous effectuez vos séances course à pied ou de trail pendant les fortes chaleurs.

Les coureurs débutants et expérimentés ont souvent tendance à sous estimer la chaleur, le soleil et leurs impacts sur leur corps.

Quand la température ambiante est élevée, le corps a des difficultés à éliminer le trop-plein de chaleur produit pendant vos entrainements.

Voici 11 conseils pratiques pour courir en été et quand il fait chaud (forte chaleur) en gardant du plaisir !

 1  Courir au bon moment de la journée
 2  De l’ombre !
 3  Le bon équipement
 4  Humidification
 5  L’échauffement adapté
 6  La casquette
 7  Une douche mais trop vite
 8  Etancher sa soif !
 9  De l’eau mais pas que
 10  Boire, Boire et encore Boire
 11   Re- Boire

1- Adaptez  l’horaire de vos sorties de course : afin d’éviter les fortes chaleur de la journée, essayer de courir en début de matinée ou en fin de journée. Il est important de bien choisir ses heures.

Donc essayez d’aller courir avant 8 h 30 le matin soit après 19 h 30 en fin de journée, voir encore plus tard si le soleil est encore bien présent. Et surtout, il est vraiment déconseillé d’aller courir entre midi et 16 h 00.

2- Recherchez des endroits à l’ombre.

3- Evitez les vêtements trop serrés, trop chauds ou non respirant. La tenue du coureur doit être adaptée afin de faciliter l’évacuation de la chaleur et favoriser l’évaporation de la chaleur.

4- Humidifiez vos vêtements à chaque pause pour permettre une meilleure évacuation de la chaleur.

5- Adaptez votre échauffement : la durée de l’échauffement est plus longue en hiver qu’en été. Il faut néanmoins se méfier des fausses sensations d’échauffement par temps chaud.
Lire la suite »


19 mai 2020

commencer à courir

Vous courez lentement ? Ce n’est pas un problème !

 1  La pensée positive
 2  Courir ne dépend pas de votre vitesse
 3  Vous serez toujours plus lent q’un autre coureur
 4  La lenteur, est ce vraiment un problème ?

Quand nous avons lancé Jiwok, les premiers entraînements disponibles étaient des entraînements pour débuter le running.

Ces entraînements étaient (et sont toujours) destinés aux débutants qui souhaitent commencer à courir.

Et, j’ai était toute suite surpris par les commentaires de nombreux coureurs débutants « Je suis probablement la personne la plus lente du monde » ou « vous n’avez probablement jamais vu des coureurs aussi lents que moi. »

Peu de choses ont changé au cours des 10 dernières années selon moi. Beaucoup de coureurs, expérimentés ou non, hésitent à participer à une course ou suivre un entrainement.

Lorsque je demande pourquoi, la plupart répondent qu’ils sont gênés par leur vitesse de course trop faible.

Je veux justement vous dire que vous n’êtes pas si lent que vous le pensez, le défaitisme et le manque de confiance en vous, vous empêchent d’exploiter votre vrai potentiel !

Changer votre état d’esprit sur la façon dont vous vous percevez est bien plus important que toutes les séances d’entraînement que vous pouvez faire.

La puissance de la pensée positive

Du point de vue de la performance pure, la pensée négative peut vous empêcher d’atteindre votre potentiel. Même si penser que vous êtes lent peut vous sembler être une pensée innocente, chaque fois que vous commencez une conversation par la phrase : « Je sais que je suis lent, mais… », vous conditionnez votre esprit à croire que vous ne pourrez jamais être rapide.

D’innombrables études de psychologie du sport ont prouvé la puissance de la pensée positive et de l’autosuggestion. Les athlètes qui font dans une séance d’entraînement ou une course avec tout en ayant des pensées positives réussissent beaucoup mieux et de manière plus constante que ceux qui vont s’entraîner avec une attitude négative.

Recommencez à croire en vous avant une séance d’entraînement ou une course. Si vous êtes négatif et manquez de confiance en vous, il vous sera difficile de changer d’état d’esprit.

La pensée positive commence avec la façon dont vous pensez tous les aspects de votre course.

Je comprends qu’il est difficile de changer votre perception de vos capacités de course, alors voici quelques conseils utiles :
Lire la suite »


12 mai 2020

éviter les courbatures

Pour ne plus avoir de courbature après une séance de running ou de sport

Douleurs gênantes à la suite d’une activité physique intense, la courbature est souvent la source de frustration, voire de démotivation pour les sportifs.

Les personnes qui commencent la course à pied comme les entraînements Jiwok ou qui reprennent leur entrainement de vélo d’appartement, elliptique, trail, marche ou marche nordique sont les plus exposées à ce phénomène.

Il existe certaines astuces pour en éviter l’apparition ou du moins en atténuer les effets.

  1  Quand arrivent les courbatures ?
  2  Comment les éviter ?
  3  Comment les faire partir ?

1. Comment se manifestent les courbatures ?

Au cours d’une course à pied, les muscles du corps font deux mouvements distincts : la propulsion et l’amortissement. Si la propulsion est le fait de pousser sur une jambe pour avancer, l’amortissement est la réception sur l’autre jambe.

C’est cette deuxième phase qui provoque le plus souvent les courbatures et c’est ainsi que les courses en descente ou à vitesse élevée ou encore de très longue durée favorisent beaucoup plus l’apparition de courbature.

Les fibres musculaires présentent un micro-traumatisme provoquant une réaction réparatrice des muscles à travers une légère réaction inflammatoire.

Ce mécanisme naturel provoque la contraction d’une courbature.

Les muscles présentent ainsi une douleur plus ou moins soutenable qui peut devenir invalidante pour les 12 à 48 heures qui suivent la course à pied.

Ces courbatures peuvent persister pendant cinq à sept jours en fonction de la personne et de l’activité physique effectuée.

Lire la suite »


About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories