le monde

07 décembre 2015

débuter trail
De la route au trail : 10 conseils pour bien débuter

Vous faites du running depuis quelques années. Vous avez un niveau que vous jugez déjà intéressant et l’idée de courir un marathon ne vous fait plus peur depuis longtemps.
Mais il y a une autre idée en réalité qui vous titille ces derniers temps.

Et si vous passiez de la route aux chemins de terre ? Et si vous vous lanciez dans le trail ?

Noble ambition qu’il faut savoir alimenter par de judicieux conseils si l’on veut réussir tout en préservant son corps. Les quelques points qui suivent devraient vous permettre d’entrer dans le monde du trail avec bonheur.

1- Savoir être ambitieux mais réaliste
La course de trail est celle parfois de toutes les distances, des parcours les plus ambitieux. Mais vous qui venez de vous lancer dans ce domaine, n’oubliez pas que vous y êtes novice.

Il vous faut donc pour vos premières courses savoir se fixer un objectif qui vous force à aller de l’avant tout en ne plaçant pas la barre trop haut.
On considère de façon générale que 100 mètres de dénivelé représente en fatigue musculaire le temps de parcourir 1 km. En somme, 1000 mètres de dénivelé, c’est parcourir 10 kilomètres de plus que la longueur du parcours elle-même.

Pour une première, préparer un trail de de 10 à 20 kilomètres avec 500 mètres de dénivelé est déjà un bon départ pour débuter dans le monde du trail.

2- Avoir un entrainement spécifique
Un trail n’est pas une course comme les autres et surtout pas une course sur du bitume, du running. Il faut donc un entrainement spécifique pour que le corps s’adapte aux nouvelles exigences.

L’entraînement doit être adapté mais cela ne signifie pas pour autant qu’il est plus long ou plus difficile. Il faut bien se rendre compte qu’un trail, c’est une nature de terrain spécifique, un dénivelé important, une relative rareté du ravitaillement mais aussi l’absence d’indications kilométriques et une technicité particulière.

En conséquence, votre entraînement trail doit se faire en particulier sur du terrain de trail pour apprendre à gérer l’effort, les changements d’allure et la plus grande amplitude cardiaque. Il faut aussi compléter ses séances par un renforcement musculaire de toutes les parties sollicitées par la course.

3- Un équipement adapté
Habitué à courir sur la route, à faire du running, vous allez devoir investir un peu dans du nouveau matériel qui est indispensable à une pratique sécuritaire du trail.

En premier lieu, des chaussures de trail, dont l’accroche au sol est renforcée, sont indispensables. Elles doivent déjà avoir été rodé avant leur première course pour ne pas se faire de mauvaises surprises.

Il faut s’équiper aussi d’un sac à dos contenant une poche à eau et de la place pour le ravitaillement solide. Il est indispensable aussi que celui si soit bien sanglé pour ne pas devenir une gêne pendant la course.

Enfin, un cardiofréquencemètre-GPS est un bon investissement aussi. Il permettra de gérer votre fréquence cardiaque en particulier dan les phases de côtes tandis que le GPS vous informera sur le dénivelé.

Enfin, de bons textiles techniques permettront de limiter les désagréments liés à l’humidité ou à la température. (Vous pouvez retrouver notre article complet sur l’équipement trail.)

4- Apprendre à monter
La première image qui vient à l’esprit lorsque l’on parle de trail, c’est la montée. Elle est bien évidemment une spécificité de la course de trail, surtout qu’elle se fait sur un terrain peu coopératif. Il est impératif de savoir gérer cette difficulté. Pour cela, il faut déjà voir à l’entrainement tous les types de montées, de la courte raide au faux-plat montant.

Il faut apprendre à trouver son rythme et sa fréquence cardiaque sur chaque type de montée.

En trail, les phases de marches soutenues sont tout à fait bien considérées et font partie de stratégie pour être capable de repartir dans de bonnes conditions. Il est donc impératif de savoir se ménager pour continuer de performer.
Lire la suite »


24 novembre 2015

progresser en running

Top 7 conseils pour être un meilleur coureur

Ce n’est pas à vous que l’on va apprendre l’importance du sport et en particulier du running.

Toutefois, aussi bonne soit la pratique du sport, même pour un coureur de bon ou de haut niveau, il y a des règles à respecter.

Si vous êtes un débutant, ces 7 règles, ce sont de bonnes pratiques sportives à suivre bien sûr dès le début.

Mais aussi des règles de vie que l’on a tendance à négliger et qui peuvent venir à nuire à votre vie de coureur. Voici quelques notes de sagesse toujours bonnes à prendre.

1- La régularité
On fait du sport pour s’améliorer, on fait du sport pour se maintenir en forme. Mais pour réussir ce pari, il convient tout d’abord de faire du sport de façon régulière. Votre corps a besoin de cette régularité. Si vous courez tous les jours une semaine et une fois la suivante, cela ne servira à rien.
Il faut au minimum s‘astreindre 2 à 3 séances dans la semaine. Ces séances seront de préférence à heure fixe et proche de votre domicile ou travail pour ne pas se démotiver.
Dans la même semaine, il est toutefois bon de varier les types d’entraînement comme l’endurance une fois, le fractionné ou les allures variables ensuite.
C’est le cas de tous les entrainements Jiwok qui vous proposent des séances différentes chaque semaine.

2- Votre corps vous parle, écoutez-le
Faire du sport, c‘est avec l’intention de faire du bien à son mental mais aussi à son corps. Mais il arrive que celui ci peine avec votre activité physique. Le running est éprouvant pour le corps avec environ 800 à 1.000 pas au kilomètre.
Votre corps va exprimer sa fatigue et il convient donc de repérer des signes comme les troubles du sommeil, la perte de poids, l’accroissement du rythme cardiaque au repos ou bien encore des infections bénignes mais à répétition.
Si votre corps vous parle via ces signaux, c‘est que la fatigue est excessive. Il convient alors de vous ménager avant qu’elle n’entraîne des blessures qui seront plus dommageables.

3- Règle des 10%
Dans le monde de la course à pied comme dans les autres, on aime bien cadrer les éléments avec des données mathématiques. Le running n’y échappe pas avec ce que l’on appelle la règle des 10%.
L’idée est là à nouveau de maintenir votre corps dans un bon état de forme pour éviter les blessures qui surviennent facilement chez le runner.
Lorsque vous voulez progresser, il ne faut pas le faire par palier de plus de 10 %. Ainsi, si la première semaine vous avez parcouru 15 kilomètres, il ne faut pas faire plus de 16,5 kilomètres la semaine suivante. La progression peut sembler lente mais qui veut voyager loin ménage sa monture.
Le coach Jiwok prennent en considérant cette règle pour réaliser nos entrainements.
Lire la suite »


09 novembre 2015

manchon de comression a quoi ca sert

Le Manchon de compression à quoi ca sert ?

Le manchon de compression (comme les vêtements de compression en général) est devenu en quelques années l’un de ces accessoires dont tout le monde connaît le nom, que beaucoup porte et qui surtout fait beaucoup parler de lui à l’entrainement comme lors des grands événements.

Aujourd’hui encore, il n’est pas évident de s’y retrouver dans la jungle des produits des marques les plus cotées du marché comme Sigvaris ou des produits plus destinés au grand public comme Decathlon.

Au vu du succès du produit et du prix relativement élevé de cette chaussette, il est tout de même intéressant de voir si on fait cet achat en vain ou non et surtout dans quelles situations les manchons de compression ont vraiment leur utilité.

Il convient avant tout de se faire une idée précise de tout ce que l’on dit à propos des manchons de compression.

La liste est longue et si certaines idées tombent sous le bon sens, d’autres demandent à que l’on les exploite un peu plus. Ainsi, les revendeurs de ces produits nous disent qu’il servent pour les points suivants :

– Renforce le retour veineux, c’est à dire que cela accélère le flux sanguin
– Réduit l’accumulation des toxines dans un muscle qui naturellement en accumule beaucoup
– Favorise l’élimination des toxines pendant l’effort
– Amélioration de la récupération après l’effort
– Réduction des douleurs liées à l’activité physique et diminution de la fatigue musculaire après l’effort
– Amélioration de l’endurance et prolongation de l’effort
– Nette augmentation de la tonicité musculaire
– Réduction des vibrations musculaires
– Réduction du ballottement de la masse musculaire qui entraîne des périostites par la simple compression de la jambe
– Amélioration de l’oxygénation musculaire, tendineuse et ligamentaire

C’est à peu près ainsi que l’on peut faire le tour de tout ce que l’on dit sur les manchons de compression et les chaussettes de récupération qui sont similaires dans le principe. Essayons toutefois de démêler le vrai du faux.
Lire la suite »


19 octobre 2015

entrainement marathon
Top 10 des plus beaux marathons à courir

Le marathon n’est ni plus ni moins que l’épreuve reine de l’athlétisme. C‘est l’épreuve où l’on doit se dépasser, aller au delà de la douleur et la fatigue pour montrer toute l’étendue de son opiniâtreté et de ses capacités physiques.

Mais ce n’est pas parce que l’on doit courir 42 km comme la distance entre la ville de Marathon et d’Athènes que l’on ne doit pas profiter d’un cadre particulier.

C’est pourquoi vous trouverez ici les 10 plus beaux marathons de la planète qui vont vous donner envie de vous remettre à l’entrainement pour votre marathon.

1- Marathon de Paris

Marathon de Paris

Paris. Oui, c’est peut-être un peu chauvin de placer Paris en première position mais on vient du monde entier pour visiter notre capitale de cette façon. Du Louvres à la Tour Eiffel, des Champs Elysées aux quais de Seine, il n’est pas dur de trouver 42 km à courir dans la ville.

Vous ne verrez plus jamais l’asphalte parisien de la même façon. (Votre coach Jiwok vous conseille et fait guide touristique gratuitement pendant toute la course)

2- Marathon de New York

marathon new york

New York, considéré comme le plus emblématique des marathons du monde, vaut aussi à lui seul la traversée de l’Atlantique. Les quartiers mythiques de la ville sont tous passés en revue et en courant.

Bien entendu, l’arrivée ne pouvait pas se faire autre part qu’à Central Park. Une course grandiose, particulièrement onéreuse mais qui laisse un souvenir inoubliable.

Et ouvrez l’oeil, on ne sait jamais, vous pourriez bien y croiser quelques stars internationales qui viennent là de façon anonyme, ou presque.

3- Marathon de Berlin

marathon berlin 2

Berlin fait aussi partie des plus beaux marathons de la planète. Le nombre de participants y est très élevé et chaque année le parcours permet de découvrir une ville magnifique.

Les amateurs de vitesse l’apprécient particulièrement grâce à son absence de dénivelé et au parcours boisé qui favorise grandement l’absence de vent.

Les records du monde du marathon sont souvent battus pendant le marathon de Berlin.

4- Marathon de Londres

marathon londres

Londres est une ville que les français adorent, on dit même qu’en terme de population la capitale anglaise est la 5ème ville française.

Son ambiance cosmopolite, les magnifiques quartiers, tout concoure à donner à ce marathon de presque 40 000 participants une ambiance particulière.

On apprécie aussi qu’il soit celui où les donations en faveur d’associations caritatives soient les plus élevées.

5- Marathon de Boston

marathon boston

Boston occupe une place particulière et à plusieurs titres. Il y a de triste mémoire le souvenir des attentats de 2013. Mais le marathon de Boston est surtout une fête pour ses 500 000 spectateurs qui le suivent depuis sa création en 1897 ce qui en fait le plus vieux marathon.

A noter que la participation se fait sur inscription et sur validation d’un temps précis obtenu sur une autre épreuve de marathon. Un « gros » entrainement est donc nécessaire.
Lire la suite »


22 septembre 2015

rester en forme running
(crédit photo : San Diego Shooter )

Encore des supers témoignages cette semaine ! Vous ne lâchez rien ! Les chronos explosent et les kilos aussi ! Malgré le mauvais temps, vous continuez à enchaîner les séances, Bravo à tous !

Voici donc les témoignages de la semaine :

Niels
« Ce week-end c’était mon troisième semi-marathon. J’ai encore amélioré mon chrono avec un joli 1 h 38 (je visais 1 h 40). Je remercie l’équipe Jiwok qui m’a bien conseillé pendant tout l’entrainement que ce soit avec les mp3 mais aussi avec des réponses à mes questions.
J’adore vraiment votre service, j’ai l’impression d’avoir mon coach perso partout avec moi quand je veux. Maintenant, il faut que je me trouve un nouveau défi »
(Niels a suivi un plan semi 1 h 40)

Elsa
« Encore 2 semaines, et j’aurais fini mon entrainement perte de poids. J’ai perdu 8 kilos ! Et j’attends avec impatience chaque séance pour aller courir..
Je suis complètement accroc. Je ne me doutais pas que j’aimerai tellement cela. Evidemment, je suis aussi super heureuse d’avoir perdu ces 8 kilos et de voir mon corps se transformer. Jiwok a été un vrai déclencheur pour moi et une source de motivation pour me dépasser. »
(Elsa suit un programme perte de poids en running)

Anne
« Comme tout le monde : j’y arrive !
Surprenant, j’ai tellement détesté le sport et surtout l’endurance… AUjourd’hui 9ème séance, celle de 70 mn (et oui!) je tiens le rythme en transpirant mais sans difficulté, et j’ai l’impression que mes abdos se gainent.
Bon rien de spécial sur la balance, mais je n’ai pas lu le volet nutrition, les gateaux c’est tellement bon… J’aurais, en temps normal, pris 2 kg!
Donc aucun regret, Jiwok c’est bien! »
(Anne suit un programme perte de poids en elliptique)

Ipek
« Peu de temps après avoir commencé à ma séance, il a commencé à pleuvoir. J’ai couru pour la première fois sous la pluie… Le plaisir de courir est venu au bout de 3 minutes. J’ai vraiment adoré cette séance. Le rythme de la course m’oblige à mieux concentrer tout ce qui m’entourent. Je contemple la nature. Et puis, je me suis douché pour aller travailler par la suite j’étais bonne humeur! ! »
(Ipek suit un entrainement débuter le running)

Sophie
« Quel plaisir de suivre les conseils de mon coach Jiwok. Après avoir débuter avec vous, je viens de courir mon premier 10 km. Je suis trop heureuse d’avoir réussi alors qu’il y a encore quelques mois, le running c’était un truc d’extraterrestre. Je n’en reviens toujours pas que j’ai pu faire cela. Merci encore de votre aide, cela a changé mon mode de vie. »
(Sophie a suivi un programme débuter la course à pied puis courir un 10 km)

Isa
« Pour la rentrée, j’ai commencé la marche rapide. Et c’est très adapté à mon corps. Cela me permet de rester active, de transpirer sans trop « traumatiser » mon corps. A chaque fois que j’entends la voix du coach, ca me donne des ailes. Et puis la musique ca me pousse aussi. Je ne lâche pas ! »
(Isa suit un entrainement de marche)

Et vous, ça donne quoi votre entrainement Jiwok ?


04 septembre 2015

les erreurs à ne pas faire en running

Running : les 10 erreurs à éviter quand on débute

Vous avez pris de bonnes résolutions et souhaitez vous lancer dans le running : oui, mais pas n’importe comment !

Comme vous le savez, si vous lisez depuis un certain temps Jiwok, la course à pied est une excellente pratique pour se tonifier, commencer à perdre quelques kilos et se sentir mieux dans son corps et dans sa tête.

Cependant, il existe quelques erreurs à ne surtout pas commettre. Voici un tour d’horizon : suivez le guide…

1- Demander à un pro de la course de vous accompagner

Vous pensez que courir seul(e) est décourageant et pas très amusant ? C’est une erreur, car il existe de bons moyens de ne pas vous ennuyer en courant et nous allons vous exposer comment. Vous faire accompagner d’un pro est une grande erreur : il va ralentir pour ne pas vous distancer mais ne pourra pas s’empêcher, à un moment donné, de reprendre son rythme de croisière.

Vous serez alors à la traîne et seul(e) face à votre état de novice qui souffre et qui va rapidement se démotiver. Vous pourrez même lui en vouloir de vous jeter à la figure votre petit niveau parce-que vous serez frustré(e) !

Optez pour un entrainement running débutant Jiwok qui vous permet d’avoir votre propre rythme, sans culpabilité ni découragement : courez en solo, au moins dans les premiers temps.

Cependant, rien ne vous empêche de partager votre nouvelle activité avec un(e) autre débutant(e), avec qui vous pourrez discuter pendant la course.

2-Ne courez pas le ventre vide !

Quand l’objectif est une minceur retrouvée, on pense, et à tort, que l’on fondra plus vite en courant le ventre vide : ceci est totalement faux.
Vous risquez surtout de faire un malaise et de vous sentir mal. Sans faire un repas complet, vous devez tout de même faire le plein d’énergie.

Il faut noter que l’été, le corps brûle davantage de calories pour une température du corps régulée : jusqu’à 600 calories sont brûlées simplement en étant dédiées à la chaleur ambiante ! Vous devez donc ajouter du sucre à votre alimentation, le matin, dans votre café ou votre thé, par exemple.

Avant de commencer à courir, il est conseillé de manger un fruit et de penser à bien s’hydrater. Pendant les périodes d’hiver, où il fait moins chaud, vous pouvez boire simplement deux petits verres d’eau, avant puis après votre course à pied. En effet, si vous buvez trop d’eau, vous connaitrez ballonnements et points de côté!
De plus, cela diminue fortement la concentration en apport nutritif et en oxygène du sang, et cela ne fait pas partie de vos objectifs.

Par contre, si vous souhaitez vraiment courir à jeun, il est important de suivre nos conseils.

3-Ne pas consulter la météo

Vous avez deux choix : soit vous vous adaptez à la météo, soit vous partez à la sauvette avec les risques encourus, c’est-à-dire vous blesser et réduire à néant vos possibilités de running les jours à venir. Alors, il est préférable de mettre des habits adaptés pour lutter contre les grosses chaleurs, la pluie ou le vent.
Quand il pleut, mettez une petite veste coupe vent et suivez nos conseils sur l’équipement à choisir. En été, ne pratiquez jamais la course à pied sans couvrir votre tête ainsi que le haut de votre corps. (Tous les conseils pour courir quand il fait chaud sont ici)

Toute l’année, préférez aussi les vêtements conçus avec des matières respirantes. Le total coton est à proscrire car il absorbe toute votre sueur et la conserve telle quelle contre votre peau. Pour vous protéger des rayons nocifs du soleil, choisissez des teintes colorées et claires : évitez le noir qui attire la chaleur.

4-Mal choisir vos chaussures de course à pied

Il y a quelques années, vous avez un peu pratiqué un autre sport et envisagez de remettre les baskets utilisées auparavant : ne faites pas cela, vous risquez fortement de vous blesser. Porter des chaussures inadaptées pour se mettre à la course est une erreur de débutant(e), car l’on croit souvent et à tort que les meilleurs équipements sont à réserver aux sportifs les plus performants.

Or, c’est en adoptant de bonnes chaussures de course à pied que vous déterminez votre futur de sportif.

Pourquoi ? Parce-que vos articulations portent six fois le poids de votre corps. Pour cette raison, si vous êtes en surpoids, prévoyez des chaussures encore plus épaisses pour un amorti augmenté.

Regardez vos anciennes baskets et observez la façon dont elles sont usées : si l’intérieur est plus abîmé, alors vous avez un pied pronateur. Les pieds supinateurs (dont la chaussure est plus usée à l’extérieur) doivent opter pour des renforcements extérieurs. (Les 7 conseils pour bien choisir ses chaussures de running)

Si vous avez tendance à vous appuyer davantage sur l’avant du pied, vous pouvez envisager de choisir des chaussures à semelles très fines, plus communément appelées « minimalistes » ou « le barefoot ».
Lire la suite »


About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories