manchon de compression chaussette de compression

Comment fonctionnent les vêtements de compression ?

Vous avez probablement vu des coureurs portant des chaussettes de compression hautes, manchons de compression, cuissards et collants, et vous vous êtes demandé de quoi il s’agit et si vous devez aussi en acheter, et lesquels pour les porter lors de vos plans d’entrainement running.

Ces vêtements sont basés sur un concept médical validé il y a longtemps: les vêtements de compression, fabriqués avec des tissus très techniques, elastiques et à compression graduée qui moulent les différentes parties du corps, améliorent la circulation sanguine et lymphatique.

Dans le sport, les vêtements de compression sont destinés à améliorer les performances et à accélérer la récupération. Bien qu’il n’y ait pas encore de consensus parmi les experts sur les bénéfices des vêtements de compression, la recherche a montré qu’ils pourraient faire ce que les fabricants disent qu’ils font (Vous me suivez 🙂 )

Plus de performances pour les courreurs

Comment ça marche: La pression des vaisseaux sanguins provoque une dilatation, qui favorise un plus grand flux de sang et d’oxygène dans les muscles compressés et permet l’élimination des toxines. Ainsi, cela augmente la capacité des muscles à produire de l’énergie et permet à celui qui porte ce type de vêtements de courir plus vite.

Est ce que cela fonctionne vraiment ?

Les recherches menées par l’Université de Newcastle ont prouvé que les vêtements de compression pour le bas du corps augmentent le flux sanguin et réduisent la fréquence cardiaque pendant la course d’endurance, en soutenant la théorie que les chaussettes de compression devraient améliorer les performances.
Mais cette même étude n’a pas prouvé que les vêtements de compression rendent réellement les coureurs plus rapides. Et d’autres chercheurs ont également constaté que les chaussettes de compression n’améliorent pas les performances sur une course de 10K.

Trois facteurs pourraient être à l’origine de cette contradiction: la constatation initiale est peut-être erronée, la performance des coureurs s’améliore de manière trop faible pour qu’elle soit significative ou encore le poids des chaussettes est susceptible de contrecarrer leur effet physiologique bénéfique. Cela peut paraître bizarre, mais le port des chaussettes, qui pèsent environ 85 grammes, peut entraver la performance.

En effet, 85 grammes sont la même différence de poids entre les Asics Kayano, avec appui en gel et la version chaussure de course sur route, plus légère, la Speedstar. 85 grammes, ce n’est pas négligeable.

Atténuation de la douleur

Comment ça marche: Le pied qui frappe le sol envoie des vibrations jusqu’à la jambe du coureur et provoque un tremblement des muscles. Ceci endommage les muscles et s’ajoute à la douleur post- exercice. Les vêtements de compression gardent les muscles en place, afin de prévenir la dégradation musculaire.

Est ce que cela fonctionne vraiment ?

Les recherches menées par l’Université de Massey à Auckland ont prouvé qu’il y a une réduction des douleurs musculaires 24 heures après l’exercice après avoir porté des chaussettes de compression sur une course de 10 km.

Fait intéressant, cette étude a révélé que la douleur a été réduite en particulier dans la région musculaire comprimée. 93 % des sujets qui ont couru sans chaussettes de compression ont connu des douleurs à la partie inférieure de la jambe un jour après la course, mais seulement 14 % des sujets qui ont couru avec des chaussettes de compression ont ressenti une douleur similaire.

Récupération accélérée

Comment ça marche: En créant un flux sanguin supplémentaire, le port de compression après l’exercice est censé accélérer l’élimination des toxines et réintroduire ces substances dont muscles ont besoin pour se régénérer.

Il existe des recherches pour soutenir les innombrables anecdotes d’athlètes et de voyageurs aériens, qui prétendent avoir les jambes plus légère après le port de chaussettes de compression.

Les scientifiques de l’Université d’Exeter ont mesuré la récupération avec trois exercices de résistance menées un, deux, trois et quatre jours après la douleur induite par l’exercice de pliométrie. Ils ont constaté que le port de compression pendant 24 heures après l’exercice améliore les performances dans les trois essais de résistance et réduit la douleur perçue par les sujets.

Vous savez maintenant tous sur les vêtements de compression, si vous préparer un 10 km, un semi, 20 km, un marathon, triathlon, duathlon ou un trail ou ultra trail, cela pourrait vous aider.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: