4 conseils pour protéger vos seins de coureuse

brassière First - cardio de Kalenji 4

Je vous présente souvent des soutiens-gorge adaptés au sport et plus spécifiquement au running.
C’est pourquoi il me semblait intéressant de vous présenter cette étude scientifique qui est vraiment très intéressante ainsi que 4 conseils à suivre pour protéger vos seins au mieux.

Les résultats de cette étude scientifique sur la gêne et les douleurs aux seins durant une course à pied, réalisée par des chercheurs d’une université américaine – dont le New York Times a fait échos tout récemment dans ses colonnes – a révélé que la majeure partie des coureuse éprouve des douleurs aussi bien à l’entrainement que durant une course (marathon), même si elles portent des soutiens-gorge adaptés au running. Cette étude a été réalisée sur des coureuses de marathon.

Au vu de ces résultats, l’on est en droit de se demander si les soutiens-gorge pour le sport sont réellement efficaces. Entre-temps, peut être que la solution résiderait dans un choix plus approprié de leurs soutiens-gorge par les sportives lorsqu’elles doivent courir.

Présentation de l’étude et de ses résultats

L’étude

C’est une équipe de recherche sur la santé des seins de l’université de Portsmouth aux États-Unis, dirigée par le Docteur Nicolas Brown, qui s’est intéressée aux douleurs que pouvait ressentie les femmes durant une activité physique, en réalisant une étude anonyme sur les 1300 participantes au Marathon de la ville de Londres en 2012.
Cette étude a consisté en un questionnaire qui prenait aussi bien compte l’entrainement que la compétition, ainsi qu’en la prise de captures de mouvement durant divers niveaux d’efforts et situation de course.

Sa pertinence

D’aucuns pourraient penser que le choix de cette population d’étude est inapproprié, puisque les femmes qui la composent se caractériseraient par une petite poitrine (voire inexistante) et une mince morphologie. Ce qui est absolument faux !

En réalité, il ne faut pas se fier à la morphologie des têtes de listes pour extrapoler sur toute la population. En effet, à l’analyse des caractéristiques des femmes qui ont participé au marathon de Londres, il ressort une grande variété de morphologies, avec plus de 56 tailles de soutiens-gorge, allant du AA au HH. Quant aux tours de poitrine, elles atteignaient les 101 cm pour une masse moyenne de 67 kg.

Le choix de la course à pied comme activité physique est aussi pertinent, car courir une activité complète qui fait intervenir presque tous les muscles du corps, qui est effectuée dans la quasi-totalité des sports et qui demande des efforts physiques intenses.

Courir un marathon fait intégrer l’aspect relatif au long terme dans l’effort.

Les résultats

brassière running jogging course à pied

Il ressort des résultats du questionnaire que sur les 90% des coureuses qui affirment porter un soutien-gorge, le tiers avoue ressentir des douleurs aux seins durant l’effort physique.

Ces douleurs seraient plus importantes et plus fréquentes durant les périodes menstruelles, à telles enseigne que le quart des femmes interrogées préfèrent ne pas pratiquer du sport en ces moments-là.

En outre, ce sont les coureuses dotées des tours de poitrine les plus importants qui ressentent les douleurs les plus fortes, même si les plus petites poitrines ne sont pas épargnées. En effet, le quart des coureuses de bonnets A affirment ressentir régulièrement de la douleur pendant l’effort physique.

Quant aux captures de mouvements de seins, elles révèlent que durant l’effort physique de running, des amplitudes pouvant atteindre les 20 cm peuvent être constatées aussi bien horizontalement que verticalement.

Ces variations de mouvements sont importantes pour apprécier le niveau de douleur, puisque le sein est une masse importante dont le support anatomique sur lequel il est accroché est étroit. Toute oscillation génère donc une tension pour conserver l’équilibre de la structure. Plus une oscillation est grande, plus le sera la tension, donc la douleur induite.

Les conclusions

Il ressort de cette étude que tout type de sein, quelles que soient sa forme et sa taille, peut ressentir des douleurs durant l’effort physique. Malgré le port de soutien-gorge, pratiquer le running entraine voire aggrave, les douleurs mammaires. Certaines d’entre elles sont tellement fortes qu’elle suscite systématiquement l’arrêt de l’effort chez près de 25% des femmes.

Il est donc prouvé que la poitrine douloureuse est un véritable problème de santé et de qualité de vie chez la femme sportive. Il est donc important d’approfondir les recherches sur le design des soutiens-gorge de sport afin d’améliorer leur impact bénéfique auprès des sportives.

Mais en attendant les progrès en la matière, savoir choisir son soutien-gorge peut contribuer à une plus grande aisance dans la pratique sportive chez la femme, ainsi qu’en une atténuation significative de la douleur. L’équipe américaine a même publié un guide à ce sujet pour aider dans le choix du soutien-gorge.

jogging running brassière

Conseils pour choisir son soutien-gorge pour le running

Quatre éléments essentiels doivent être pris en compte pour le choix d’un soutien-gorge pour courir

1) la bande sous-poitrine

C’est le premier élément à considérer. La bande sous-poitrine ne doit pas être lâche tout en étant confortable. Pour mesurer la lâcheté, il faut essayer de faire passer deux sous la bande. Si vous y arriver, alors il faut descendre d’un tour de poitrine. Sur la distance latérale au niveau de la bande, il ne doit y apparaitre aucun pli.

Un conseil utile, il faut toujours veiller à ce que l’agrafe soit au plus large pour le premier essai, car les lavages successifs et le port élargissent la bande.

2) Le bonnet

Il faut prendre soin à ce que le bonnet englobe parfaitement les seins sans que l’un d’entre eux ne soit comprimé ou coupé. Lorsque c’est le cas, il faut prendre le bonnet au-dessus. Si par contre, le bonnet parait plissé à l’essayage, il faut plutôt descendre d’un cran.

Un conseil : Ne pas se fier aux indications de bonnet sur les étiquettes, et essayez systématiquement !

3) les bretelles

Votre choix doit se porter vers des brettelles bien larges et très confortables. Il faut privilégier les bretelles capitonnées, car elles ne cisaillent pas les épaules et offrent une plus grande fermeté. Il faut toutefois vérifier qu’elles ne s’étendent pas de plus de 2,5 m lorsque l’on les étire.

A l’arrière, les brettelles croisées ou resserrées sont la solution à retenir, car elle assure un maintien plus adéquat.

4) Les armatures

Lorsque les bonnets deviennent de plus en plus grands, notamment à partir du E, un élément d’une grande importance du choix réside dans le complexe armature et structure. En plus d’épouser parfaitement les contours de chaque sein, il faut qu’elles soient douces et d’une bonne protection.

J’espère que tous ces conseils vous permettront de bien choisir votre soutien-gorge afin d’être dans les meilleures conditions lors de votre entrainement Jiwok.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: