nicolas témoingnage

Voici un nouveau témoignage d’un Jiwoker (vous en trouverez d’autres ici de débutant à moins débutant).

Nicolas est un Jiwoker assidu (fondateur du site Hypeed, un magazine de mode réalisé par tous) , pour son second marathon, le marathon de Berlin, il s’était fixé un objectif assez important : 3 h 20.
Il a donc suivi un entrainement Jiwok : Préparer un marathon en 3h15 environ, 4 séances par semaine pendant 8 semaines.

Il nous raconte son expérience.

 » Berlin: plus qu’un marathon

Après un premier marathon l’année dernière de Nice à Cannes, je me suis inscrit cette année à un des majors de cette discipline: le marathon de Berlin. Comme l’année précédente je m’y suis préparé soigneusement. J’ai apprécié le coach Jiwok pour me motiver à aller au bout de chaque séance d’entrainement. Tout comme l’année dernière aussi, je rentre du marathon avec le plein de souvenirs et surtout la sensation d’une expérience personnelle enrichie grâce à une course extra-ordinaire.

Lors de mon premier marathon le fait d’avoir réussi à courir un marathon entier suffisait pour me procurer une sensation de succès. Pour ce deuxième marathon le contexte n’était plus le même. Il ne me suffisait pas uniquement de tenir la distance, mais je voulais bien évidemment améliorer ma performance. Berlin ayant la réputation d’être le marathon le plus rapide au monde, je me suis fixé un objectif ambitieux, mais réalisable de 3 heures 20 minutes. J’ai choisi l’entrainement marathon Jiwok correspondant au plus proche à mon objectif et ai suivi les séances pendant les 8 semaines de préparation. Le programme était plus court que celui que j’avais pris l’année précédente, mais avec 4 séances par semaine plus intense et très efficace.

Quels sont donc ces souvenirs de Berlin ? Tout d’abord, il s’agit d’un évènement gigantesque. Il y avait plus de 48 000 participants dans plusieurs disciplines. Il y a la course des enfants, des écoles, les rollers, les équipes entreprises, les marcheurs, les handicapés et j’en oublie surement. L’exposition qui accompagne le retrait des dossards pendant 4 jours dans le terminal de l’aéroport de Tempelhof en plein centre ville de Berlin pourrait facilement se tenir dans un hall d’exposition à Paris-Expo Porte de Versailles tellement il y a d’exposant et de visiteurs.

Ensuite il y a bien évidemment la course elle-même. Inutile de préciser qu’à aucun moment on se sent seul. 40 000 personnes courent le dimanche matin et à moins de rester en dessous de 2h30 il y a du monde du départ jusqu’à l’arrivée. La course se déroule très bien malgré la foule et fait passer les participants dans différents quartiers du centre de Berlin. Le parcours reste principalement sur des grandes allées et fait découvrir des quartiers chics ou populaires, des quartier d’après-guerre dans l’est et dans l’ouest de Berlin et les nouveaux quartiers entièrement reconstruits après la chute du mur. Le départ et l’arrivée sont au centre de la capitale allemande proche de la porte de Brandenburg, que l’on franchit à 200m de l’arrivée d’ailleurs, et proche de l’ancien et du nouveau Reichstag. Un cadre historique pratiquement sur toute la distance des 42KM.

Autre élément marquant cette année: la pluie. La météo a malheureusement gâché une partie du plaisir. La température de 10°C n’était pas désagréable, mais par une pluie parfois même assez intense le marathon ne s’est pas déroulé dans de bonnes conditions extérieures. La tentative de battre le record du monde à échoué à 2 minutes près, à mon avis surtout à cause de la météo. Les organisateurs attendaient plus de 1 millions de spectateurs sur le parcours, mais je pense qu’il y en avait nettement moins à cause de la pluie. Ceci étant dit, le parcours passe dans le centre ville il y en avait quasiment tout le long des 42KM. Les spectateurs ont contribué a créer une belle ambiance sur les derniers KM.

Personnellement, j’ai amélioré mon temps de l’année précédente et en suis très content et satisfait – merci coach Jiwok! Mais je suis resté un peu en dessous de mon objectif fixé. Je mets cela aussi en grande partie sur le dos de la pluie, ce qui me motive de recommencer et essayer de faire les 3 heures 20 lors de la prochaine course. D’après les temps de passages (chrono officiel tout les 5KM) j’étais très bien dans la course jusqu’au KM 30. Ensuite je n’ai pas pu conserver l’allure de 4 min 45 au KM nécessaire jusqu’au bout. 2h30 de course à ce moment-là sous la pluie sont tout simplement usant et plus dur que par temps sec, et les 10 derniers KM du marathon me semblaient plus long que les 32KM précédent.

Je suis rentré lundi matin à Paris avec cette sensation d’avoir passé un très beau weekend à Berlin, d’avoir participé à un évènement exceptionnel qui est plus qu’un simple marathon et avec une expérience de course très enrichissante dont j’espère pouvoir profiter lors d’un prochain marathon pour encore améliorer mon chrono. Je ne pense pas refaire Berlin immédiatement, mais vais plutôt m’orienter vers une autre course avec plus d’intimité qui me permettra de découvrir une autre ville. Mais je reviendrai surement un jour pour refaire le marathon de Berlin, que je conseille vivement à ceux qui sont tenté par un marathon rapide, un parcours historique et par un bain de foule. »

Merci Nicolas, a qui le tour maintenant ?

ps : Nicolas a fini le marathon en 3 h 22 minutes…Bravo !!!!

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: