fitspo mauvais pour le corps

Instagram c’est mauvais pour votre corps

Une étude intitulée “Mobile exercising and tweeting the pounds away“ (traduisez « faîtes du sport et tweetez depuis votre mobile pour maigrir ») vient d’être réalisée sur le célèbre réseau social Instagram et plus particulièrement sur les adaptes du « Fitspo », cette tendance qui tend à motiver les utilisateurs à faire du sport et à adopter un mode de vie plus « sain ».

En réalité, ces publications créeraient l’effet inverse chez les personnes qui les consultent. Explications.

Ce phénomène est absolument partout
: il s’agit principalement de clichés qui affichent des corps filiformes, sportifs et bronzés, en d’autres termes, des corps (trop) parfaits selon les codes de notre société actuelle.

Ce sont des personnes qui semblent avoir fait du fitness, du yoga et du sport en général leur passion à part entière et entendent bien la partager au plus grand nombre.

Pourtant, les conséquences pourraient être négatives puisque ces initiatives seraient nocives pour le public qui les consulte.

En effet, elles provoqueraient des comportements auto destructeurs et contribueraient à la baisse de la confiance en soi tout en augmentant le mal être.

C’est que démontre l’étude qui vient d’être publiée et qui met en relation le réseau social et les effets pervers qu’il induit.

fitspo mauvais pour le corps 2

Pour réaliser cette enquête, les chercheurs ont sollicité la participation de 262 personnes qui ont rempli un questionnaire sur Internet.

Les questions portaient principalement sur des termes bien ciblés, à savoir sur les activités physiques, sur l’hygiène alimentaire et sur l’utilisation des réseaux sociaux tels Instagram et autres blogs de beauté, de mode et / ou de life style.

Les résultats sont sans appel puisque au lieu d’être encouragés à s’investir dans des activités sportives et à se fixer des objectifs, les contenus Fitspo tendaient plutôt à augmenter les chances de développer des troubles du comportement alimentaire, qui sont compulsifs et qui peuvent favoriser l’apparition de maladies plus graves comme la boulimie.

Il est essentiel de préciser que les conclusions de cette étude sont le fruit d’une corrélation et d’une cause à effet entre les comportements alimentaires et le hashtag #fitspo.

Les utilisateurs des réseaux sociaux de type Instagram ou encore Tweeter et Snapchat doivent garder à l’esprit qu’il est important de ne pas se laisser influencer par les corps qui y sont affichés.

Il faut prendre en compte le respect et la morphologie de son propre corps et non se lancer dans une optique de comparaison.

Souvent, le contenu de type fitspo est monté par les célèbres avant / après : des corps gras et mous qui se transforment en tablettes de chocolat et en taille de guêpe à force d’efforts, saupoudrée d’une touche sexy et sensuelle.

Il y a de quoi se sentir mal à l’aise face à ce travail et à ces résultats mais pour la plus part des cas, rien ne justifie que ces avant / après ne soient les mêmes personnes et que des produits nocifs pour la santé n’ont pas été utilisés.

En résumé, la culture fitspo a contribué à déformer l’approche des personnes lambda sur l’activité sportive : si votre objectif est de perdre du poids et de vous tonifier, la meilleure solution est de vous tourner vers des professionnels de santé et des objectifs sains pour arriver à atteindre des résultats durables comme les coach Jiwok.

Cette alternative est nettement préférable à se laisser démoraliser devant son écran de smartphone et à renforcer son mal être.

Le sens du terme « sain » perd tout son sent dans le fitspo : l’image est parfois trompeuse surtout avec les nouvelles technologies et les logiciels de retouche et de montage.

Voir un cliché d’un joli corps ne signifie par pour autant être en bonne santé et il est facile de la falsifier le temps d’une photo.

Personne ne sait ce qu’il se cache derrière, ce qui a permis d’arriver au résultat affiché et ce qui a été fait ou non pour sublimer le cliché.

fitspo mauvais pour le corps 3

Dans le meilleur des cas, ce phénomène peut vous encourager visuellement à découvrir de nouvelles pratiques sportives, à faire attention à votre alimentation le temps d’un instant, ou vous motiver à vous inscrire dans une salle de sport, mais dans le pire des cas, les utilisateurs peuvent vite entrer dans une spirale infernale de comparaison.

Le sport ne doit pas devenir une obsession et doit être pratiqué dans le cadre d’objectifs sains et respectueux de votre santé.

Le changement doit se produire de façon psychologique et non de façon visuelle depuis votre téléphone portable.

Seule une alimentation équilibrée, une activité physique régulière (avec les entraînements Jiwok par exemple) et une bonne hygiène de vie peuvent vous amener à vous sentir mieux dans votre corps et dans votre esprit

Si vous souhaitez maigrir, la solution ne se trouve pas sur l’actualité des personnalités (ni dans les régimes magiques) et des personnes que vous suivez sur Instagram, sur Twitter et sur Facebook : cette influence ne dure que quelques instants et il convient de changer de mode de vie pour arriver à obtenir des résultats sur le long terme.

Alors pour votre bien être et pour vous sentir bien dans votre peau, apprenez à prendre du recul sur le défilement des clichés d’Instagram et ne vous comparez pas systématiquement à ces selfies trompeurs : respectez votre morphologie et ne traumatisez pas votre corps avec des exercices inadaptés et des produits qui peuvent s’avérer dangereux pour votre santé.

La beauté n’est pas un critère propre à Instagram, ni aux symboles véhicules par la publicité et la mode de façon générale.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: