courir un marathon

Tous les préparatifs nécessaires pour courir un marathon. Nutrition, hydratation, entrainement, équipement, préparation.

18 octobre 2016

bain froid pied running
(crédit photo : Kevin Saff )

Guide des bains glacés à l’usage des coureurs (running) : Nos conseils pour réaliser vos bains glacés pendant votre entrainement de running afin d’optimiser vos performances et vos résultats de course : marathon, semi, trail, triathlon.

L’utilité des bains glacés est sujette à débat mais il est possible de trouver un compromis.

Les œufs sont bons pour vous. Les œufs sont mauvais pour vous. Les œufs sont bons pour vous. Si vous avez un certain âge, comme moi, vous avez l’habitude des avis contradictoire sur à peu près tout ; de la nutrition aux étirements en passant par le volume et l’intensité de l’effort.

Il en va de même avec les bains glacés. Il existe tellement d’études contradictoires qu’il devient difficile de s’y retrouver.

D’une part, les entraîneurs comme les coureurs utilisent les bains glacés avec succès depuis des années. Selon eux, l’eau glacée aide les jambes, et les esprits, fatigués ; les séances suivantes sont donc de meilleure qualité. Des séances de running de meilleure qualité (et la confiance accrue qui en découle) conduisent généralement à de meilleures performances.

D’un autre côté, les professionnels de santé relèvent que l’inflammation consécutive à l’effort (la légère douleur accompagnée de la raideur des jambes) stimule l’adaptation de l’organisme à l’effort. En coupant court à cette inflammation avec un bain glacé, vous empêchez le corps de s’adapter à cette sollicitation sur la durée.

Nous voici donc coincés dans la spirale de vouloir un peu de confort dans l’entraînement tout en souhaitant en retirer le plus de bénéfices.

La meilleure que je recommande est d’utiliser les bains glacés par période, de la même manière que les coachs Jiwok construisent vos plans marathon, semi-marathon, 10 km, trail, ultra trail ou triathlon.

Voici comment :

Pour retirer le maximum d’adaptation au stress physiologique, il faut limiter les bains glacés pendant la partie initiale du plan d’entraînement.

Il ne faut y avoir recours que lorsque le corps est suffisamment affecté et que les séances diminuent en qualité. Pas uniquement après un effort intense mais plusieurs jours d’affilés.

À l’approche de la course, vous pouvez utiliser les bains glacés plus souvent pour rafraîchir vos jambes et vous redonner un peu d’entrain.

À un mois de la course, vous devez vous sentir à l’aise à chaque séance d’entrainement. Ceci permet de construire la confiance en soi qui, à ce stade du plan d’entrainement, est bien plus importante que toute diminution de la capacité d’adaptation qui a déjà été travaillée en profondeur dans les semaines précédentes.

J’aime vraiment cette conception qui semble allier le meilleur des deux mondes. Les premiers temps de l’entraînement s’accompagnent de la douleur et de la fatigue mais permettent de créer la résistance à l’effort maximale. Lorsque la qualité de vos séances d’entraînement diminue plusieurs jours d’affilés, vous prenez des bains glacés.

À l’approche de la course, vous devez vous préoccuper de votre bien-être pour être le plus frais et reposé possible pour le jour de votre course.

Durant cette période, les bains glacés suivent la plupart des séances intenses pour garder de la fraîcheur dans les jambes.

De mon point de vue, c’est du gagnant-gagnant et concilie facilement les deux aspects de la discussion sur les bains glacés.
Lire la suite »


01 juin 2016

perdre du poids running jogging
(Crédit photo : San Diego Shooter )

Je sais que c’est difficile de se motiver quand il pleut comme ces derniers jours….

Mais quand je vois encore les témoignages de la semaine, je me dis que rien n’arrête votre détermination et votre envie d’atteindre votre objectif d’entrainement ! Bravo à tous!

Ne lâchez rien, votre but n’est plus très loin !

Voici donc les témoignages de la semaine, bonne lecture :

Rita
« Bonjour,
J’ai 44 ans, le 21 mars, je pesais 95kg pour 1,64m. Grâce à mon entrainement et en faisant attention à ma nourriture… Le 23 mai donc 2 mois plus tard, je suis à 88Kg donc 7Kg de moins et j’ai effectué aujourd’hui la séance 23/30.
Mon objectif poids est de descendre sous la barre des 70kg et à long terme, j’aimerai pourvoir courir un marathon avant mes 50 ans (il me reste un peu plus de 5 ans d’entrainement 😉 ) »
(Rita suit un entrainement perdre du poids en running)

Sylvie
« Trail de la fraise à Lecelles, 15 kms dans la boue sous la pluie dans une ambiance formidable, en 1h58.
Je n’aurais peut-être pas su le terminer sans l’entraînement Jiwok »
(Sylvie a suivi un plan d’entrainement trail)

Gilles
« Je n’ai jamais autant apprécié pédaler sur mon vélo d’appartement. La musique et la voix du coach me pousse bien et les différents petits exercices dans chaque séance sont très bien faits, je ne m’ennuie pas.
Vu en plus ce qui tombe comme pluie ces dernières jours, je suis content de rester à l’intérieur pour me défouler avec les conseils du coach dans les oreilles! »
(Gilles suit un programme rester en forme en vélo d’appartement)

Catherine
« Trop bien cette séance, j’ai bien couru, meme pas essoufflée que du bonheur !!!! »
(Catherine suit un programme débuter le running)

Julie
« Hé bien voilà. J’ai participé aux 20 km de Bxl aujourd’hui et j’ai fait exactement 2.00.01 😉
Suis super contente. J’étais bien, beaucoup mieux qu’il y a 2 ans (2 heures 06).
J’avais suivi le programme 3 entrainements/semaine pdt 8 semaines 2O km en environ 2.00 donc objectif parfaitement réussi.
Pour mes prochains 20, je veillerai à mieux faire mon fractionné mais seule, ce n’est pas toujours facile.
Par contre, je sais que j’ai progressé grâce au fait que j’ai fait le fond à 8,5-9 Km/h, toujours aisément. Ce qui rend les séances agréables et efficaces! Merci pour votre bon programme Jiwok! »
(Julie a suvi un plan d’entrainement 20 km)

Et vous, qu’est ce que ça donne votre entrainement Jiwok ?


25 août 2014

Tout le monde peut courir

Si vous lisez de temps en temps le blog Jiwok, vous avez du voir quelques témoignages de Jiwoker. Souvent des débutants en running, qui n’imaginaient pas un jour courir 30 minutes, 1 heure et voir même courir un marathon et devenir complètement accroc !

Comme le dit si bien Bill Bowerman, co-fondateur de Nike « Si tu as un corps, tu es un athlète ». C’est complètement vrai. TOUT le monde peut faire du sport et courir.

Je vous laisser regarder cette très belle vidéo (que Jiwok aurait pu (du ?) faire) : Il s’agit d’une pub Nike qui met en scène une enfant de 12 ans Nathan qui se lance dans le running parce que lui aussi peut y arriver et atteindre son objectif.


20 février 2013

entrainement marathon 3h30
(crédit photo : planetc1 )

Bonne lecture (Je n’ai rien à ajouter 🙂

« Cher Jiwok,

Cela faisait un petit moment que je voulais envoyer un témoignage sur mon expérience avec Jiwok mais un déménagement en décembre et l’installation qui a suivi m’ont pris pas mal de temps.

Je connais Jiwok depuis 2009. A l’époque je pesais autour de 100 kg et je débutais juste la course à pied. J’ai suivi tous les plans pour préparer un marathon.

D’abord courir un marathon en 4h jusqu’à avoir atteint l’objectif (Paris 2010 en 4h00’14”) puis en 3h45 (Paris 2012 en 3h49’) après m’être bien entraîné l’été dernier et au vu de ma performance au Paris-Versailles (1h16’34”), j’ai décidé de prendre un plan pour un marathon en 3h30’ pour préparer le marathon de La Rochelle du 27 novembre 2012. L’objectif étant d’atteindre les 3h35’ – 3h40’.

Je me suis rendu à ce marathon avec une certaine appréhension, car lors de la grosse séance d’entraînement de 2h30 j’ai couru sur des routes en pente autour de Poitiers et j’ai attrapé le syndrome des loges. Heureusement, mon ostéopathe m’a remis un peu d’aplomb.

A la Rochelle, j’ai rencontré Jean-François, un autre Jiwoker qui a couru son premier marathon en 3h36 en 2011 et dont le témoignage avait été publié. Nous avions tous les 2 à peu près le même objectif (lui moins de 3h30 et moi les approcher) et après avoir bu une bière lors du retrait des dossards, nous avons décidé de nous retrouver le lendemain sur la ligne de départ afin de courir un peu ensemble.

Le jour du départ, la météo était idéale pour faire une bonne performance. Je suis parti avec Jean-François qui m’a aidé à prendre un bon rythme des le départ car il sait se faufiler dans la masse des coureurs beaucoup mieux que moi. Nous avons couru ensemble pendant 8 km puis nous nous sommes séparés.

A l’arrivée j’ai fait 3h27’. Incroyable ! 22’ de mieux que mon meilleur temps sur marathon ! J’ai encore du mal à y croire ! J’ai pleuré tellement j’étais heureux.
Moins de 3h30’, une barre psychologique que jamais je n’aurais pensé franchir un jour, moi qui à 27 ans pesait 122 kg et détestait le sport.

Aujourd’hui, à 39 ans, je pèse 88kg. 12 ans pour en arriver là et ce n’est pas fini j’espère (mon objectif est 80 kg mais je prends mon temps). Du coup, j’ai pris un plan d’entraînement en 3h15 pour le marathon de Paris en avril. A suivre… même si j’ai appris à me détacher des objectifs, car des facteurs extérieurs comme la météo peuvent empêcher de les atteindre, j’espère y arriver ou m’en approcher très près.

Alors je voulais vous remercier pour tout ce bonheur que j’ai connu grâce à vous et que j’espère encore connaître.

A très bientôt,

Vincent »

Et vous, ca donne quoi un entrainement Jiwok ?


08 septembre 2011

Marathon

(crédit photo : guigia1 Luca Guigiani)

Cette semaine un beau et long témoignage d’un Jiwoker : Jean François ! (Il en avait laissé un tout petit sur notre page Facebook, mais là il s’est bien laché :).

Je vous conseille vivement de le lire. Il vous aidera dans votre motivation et dans votre objectif !

Bonne lecture !

 » Il arrive souvent au passage de la quarantaine qu’on remette certaines choses en question. J’ai connu ça, il y a deux ans… Le moral était franchement au plus bas : impression de lassitude généralisée ! ! ! Un soir, en surfant sur Internet sans trop savoir pour quoi, au détour d’un forum, j’ai trouvé un lien pointant vers le site Jiwok. J’avoue avoir été immédiatement interpellé. Je me suis donc inscrit par simple curiosité, pour savoir ce qu’il y avait derrière. Et en découvrant le service, je me suis dis que c’était peut-être ça qu’il me fallait.

Mais bon… Courir me paraissait quand même un peu compliqué. Je n’étais pas du tout sportif, je fumais beaucoup, etc. Bref tout un tas de fausses excuses qui me faisait dire que ce n’était pas pour moi ! Même si intérieurement j’ai toujours fantasmé de « courir un marathon« . De voir ces hommes et ces femmes qui arrivent sur la ligne totalement épuisés, c’est un truc qui m’a toujours fasciné. Mais un truc totalement improbable, pour moi ! ! ! Un truc uniquement réservé à des fendus de sport ; ce que je n’étais pas du tout !

Durant l’été qui a suivi j’ai quand même essayé de courir, seul, comme un grand, en prenant mon courage à demain… Ce fut l’horreur ! Impossible de courir plus de 5 minutes sans être totalement épuisé, à bout de souffle, sans énergie. J’ai très vite abandonné. Mais au fond de moi, l’envie de m’y mettre avait mûri !

Un jour, au printemps suivant, j’ai reçu le code PROMO de Jiwok. Un mois d’entrainement pour 1 euro seulement. Je me suis dis : allez, c’est le moment, faut essayer… Et je m’y suis mis !!! C’était le 3 août 2010 !

Il y a maintenant 13 mois que Jiwok m’accompagne toutes les semaines : d’abord 3 fois, maintenant 4 fois par semaine.
Depuis ce fameux mois d’août 2010, j’ai enchainé les objectifs les uns derrière les autres : 30 minutes, 1h00, 10 kilomètres, semi marathon… A chaque étape, je me suis calibré en m’inscrivant à des courses : des 10 kilomètres (4 pendant l’hiver), des Semi-marathon (2 au printemps)…
Lire la suite »


17 novembre 2010

mon-premier-marathon
(crédit photo : Poltmann.Photos )

Le témoignage du jour, c’est celui de Ange, qui a couru son premier Marathon (celui de Berlin) en s’entrainant avec Jiwok.
Il a l’air heureux de son résultat (moins de 4 heures).

Bonne lecture.

« Je viens de participer à mon premier marathon, à Berlin. Je l’ai terminé en moins de 4 h sans difficulté majeure, grâce à Jiwok.

Il y a 6 mois j’ai décidé de participer au marathon de Berlin, poussé par quelques collègues de travail qui sont des coureurs chevronnés.
C’était un vrai challenge pour moi, car je n’avais jamais couru une distance supérieure à 12 km. La seule épreuve un peu officielle à laquelle j’avais participé était un 10 km régional réalisé en 54 mn il y a trois ans. Cette décision de me lancer dans une telle aventure a surpris mon entourage : « tu es sûr que c’est raisonnable ? Tu devrais au moins commencer par un semi-marathon et ensuite tu verras bien ». Pour me donner confiance, il fallait que je m’entraine sérieusement, il me restait environ trois mois avant l’épreuve.

Une des difficultés était liée à la période : nécessité de réaliser une partie de l’entrainement seul, pendant les congés. Jiwok était la solution idéale pour ma préparation : il m’a permi de me fixer un objectif de temps (j’avais choisi 4h15), une durée d’entrainement et un nombre de séances par semaine (10 semaines, 3 séances par semaine).
Lire la suite »


06 octobre 2010

nicolas témoingnage

Voici un nouveau témoignage d’un Jiwoker (vous en trouverez d’autres ici de débutant à moins débutant).

Nicolas est un Jiwoker assidu (fondateur du site Hypeed, un magazine de mode réalisé par tous) , pour son second marathon, le marathon de Berlin, il s’était fixé un objectif assez important : 3 h 20.
Il a donc suivi un entrainement Jiwok : Préparer un marathon en 3h15 environ, 4 séances par semaine pendant 8 semaines.

Il nous raconte son expérience.

 » Berlin: plus qu’un marathon

Après un premier marathon l’année dernière de Nice à Cannes, je me suis inscrit cette année à un des majors de cette discipline: le marathon de Berlin. Comme l’année précédente je m’y suis préparé soigneusement. J’ai apprécié le coach Jiwok pour me motiver à aller au bout de chaque séance d’entrainement. Tout comme l’année dernière aussi, je rentre du marathon avec le plein de souvenirs et surtout la sensation d’une expérience personnelle enrichie grâce à une course extra-ordinaire.

Lors de mon premier marathon le fait d’avoir réussi à courir un marathon entier suffisait pour me procurer une sensation de succès. Pour ce deuxième marathon le contexte n’était plus le même. Il ne me suffisait pas uniquement de tenir la distance, mais je voulais bien évidemment améliorer ma performance. Berlin ayant la réputation d’être le marathon le plus rapide au monde, je me suis fixé un objectif ambitieux, mais réalisable de 3 heures 20 minutes. J’ai choisi l’entrainement marathon Jiwok correspondant au plus proche à mon objectif et ai suivi les séances pendant les 8 semaines de préparation. Le programme était plus court que celui que j’avais pris l’année précédente, mais avec 4 séances par semaine plus intense et très efficace.
Lire la suite »


About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories