respiration.jpg
(crédit photo : mikeschinkel)

Patrick est de retour avec ses articles sur le coaching mental.
Aujourd’hui il va nous parler des séances d’oxygénations (vous allez apprendre à bien respirer)

Objectif : Préserver votre capital « énergie », développer votre capacité respiratoire et votre potentiel « endurance ». Réapprendre à respirer comme un nouveau né (dite respiration des yogis), ou comme un animal… naturellement.

Conseil : ne pas chercher à forcer lors de vos entraînements, n’en abuser pas parce que le « bar à oxygène » est gratuit, la tête pourrait vous tourner, dans ce cas arrêtez l’exercice. Petit à petit, l’habitude viendra. Pour l’entraînement, rechercher simplement une respiration douce et régulière, la plus basse possible vers le ventre – au fil de votre progression vous constaterez l’effet sur votre endurance.

Voici la Séance 1 (il y en 4 en tout)

Hygiène du nez et la respiration nasale

Objectif : préserver notre capital « énergie ».

Le nez est l’un de nos « trésors », un élément vital de notre anatomie concernant la régénération de notre système énergétique. Constitutif d’un processus d’élimination pour rester en bonne santé.

Une bonne hygiène de son nez, commence par ceci :

Comme nous le rappelaient chaque jour, nos professeurs d’hygiène naturelle, n’hésitez pas à prendre quelques instants au quotidien pour vous occupez de vous.

Prenons, en tout premier lieu, ce qui se situe au niveau de votre nez, comme le précise la plupart des praticiens « sérieux et chevronnés » que j’ai pu côtoyer ou lu : les narines.

Dès votre plus tendre enfance, les adultes vous parlaient de vos dents, de votre corps en général mais le premier vrai trésor que vous possédez c’est bien votre nez.

Tout comme un filtre de cuisine (ou de voiture) grâce à ses poils, il purifie l’air que vous respirez à chaque seconde, forcément qu’il demande un entretien régulier, qu’en pensez-vous ?

Entre les diverses pollutions de la journée (poussières, gaz etc.) et les sécrétions de la nuit qui s’accumulent puisque nous sommes en état de sommeil, notre filtre naturel s’encrasse.

L’idéal
, comme le rappellent les orientaux (suivant leurs coutumes) et les occidentaux attentionnés, c’est de prendre le plus tôt possible la bonne habitude de se moucher soir et matin.

Au mieux, un nettoyage régulier du nez, le soir avant le coucher ou/et le matin avant le petit déjeuner. Ceci dit, sans excès mais nettoyer votre filtre à air pour son bon fonctionnement.

Comment ?
Tout simplement en respirant dans un gant ou un morceau de coton imbibé d’eau tiède et mouchez-vous.

Ou bien, encore mieux utiliser de l’eau de mer, c’est l’idéal, des sprays sont fournis en pharmacie. Ce n’est vraiment pas compliqué de se faire du bien, un soin comme un autre !

La Respiration Nasale

La respiration par le nez est vitale d’où, la nécessité d’une hygiène régulière pour entretenir ce filtre naturel. Donc avant tout exercice de respiration, et comme expliqué en amont, simplement moucher chacune de vos narines.

Si vous n’avez pas trop l’habitude de respirer uniquement par le nez, je vous conseille de pratiquer de temps en temps cet exercice très simple (sans en abuser comme toute chose), la tête pourrait vous tourner, dans ce cas arrêtez l’exercice. Petit à petit, l’habitude viendra.

A l’extérieur ou avec une fenêtre ouverte, allongé(e), assis(e) ou bien debout, bouchez-vous une narine avec un index (ou le pouce) et expirez l’air très doucement (uniquement par la narine libre) avec un léger effort en fin d’expiration (en creusant le ventre et contractant légèrement la partie abdominale).

Avant de poursuivre l’exercice, vous bouchez la narine qui vient d’expirer avec le pouce (ou l’index) et libérez l’autre pour effectuer l’inspiration. Pour respirer, utilisez uniquement votre ventre, au début pour cet exercice, comme pour la respiration ventrale (voir fiche 2).

Ainsi de suite 3 ou 4 fois suivant vos sensations, inversez les narines afin qu’il n’y en ait toujours qu’une seule qui s’exerce. Prenez bien conscience de l’air frais qui pénètre et faites la différence avec celui qui ressort (plus chaud).

Puis inversez le processus, la narine qui expirait devient celle qui inspire etc. Réaliser entre 3 ou 4 cycles, en douceur afin que chaque narine puisse effectuer le même travail complet.

Important : si un léger étourdissement survient pendant l’exercice, arrêtez simplement, ne forcez jamais.

A très bientôt,

Patrick

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: