11 mai 2018

tendinite

Et Hop ! voici un article de notre médecin du sport et mésothérapeuthe attaché à l’INSEP, Dr Charles Aisenberg concernant les tendinites.

Il fait suite à une demande d’un Jiwokeur.

Bonne lecture :

Les tendinites …. vaste programme !

je vous propose déjà quelques généralités pouvant s’appliquer à quasiment tous les cas :

le tendon est la pièce intermédiaire entre le muscle et l’os. Composé schématiquement de 3 parties : la jonction myo-tendineuse; le corps du tendon et l’enthèse (point d’ancrage sur l’os). Les 3 parties peuvent être à l’origine du problème. Autre élément important à citer : la bourse séreuse sur laquelle glisse le tendon en action (genre de coussin amortisseur) et qui peux aussi être lésé.

La tendinite ou inflammation du tendon est dûe à une sollicitation anormale du tendon que cela soit par son intensité lors de l’effort ou par la durée excessive de l’exercice.

le seul responsable de la tendinite est donc … le sportif !!! Plusieurs sources au problème :

– le sportif « IKEA » qui n’a pas fait de sport depuis plusieurs années voire décennies et qui décide de monter 32 armoires dans le WE et que l’on voit le Lundi matin au cabinet avec une épicondylite (tennis-elbow) du tonnerre. Entendez par là le sédentaire de 40 ans qui n’a pas fait de sport depuis le lycée et qui se met à courir tous les jours pour perdre son surpoids en 15 jours. (Il aurait du suivre les conseils son coach Jiwok )

– le sportif « Décathlon » qui à l’habitude d’une activité régulière mais qui décide d’intensifier son entrainement en vue d’une compétition ou de s’essayer à un nouveau sport.

Dans tous les cas on retrouve systématiquement un ou plusieurs des points suivants :

* Insuffisance d’échauffement avant ou d’étirement après l’entrainement.
* HYDRATATION insuffisante avant, pendant (obligatoire si l’effort dépasse 40 mn) et après l’effort.
* Geste technique inadapté.
* Sur-sollicitation du tendon avec périodes de repos trop courtes.
* Défaut de matériel : raquette ou chaussures inadaptées, semelles usées, changement de surface de course, …

Ces différents facteurs seront à l’origine d’une sur-sollicitation ou d’un frottement responsables de la tendinite.
Lire la suite »

starstarstarstarstar

09 mai 2018

courir pendant le ramadan

Découvrez les meilleurs conseils pour faire du sport pendant le ramadan

La pratique du sport pendant le ramadan peut être très bénéfique pour le corps. Le principal avantage du sport comme le running à jeun est de brûler plus de graisses. Cela vous permet aussi d’améliorer vos performances sur le long terme. Cependant il y a de nombreuses précautions à prendre pour que votre entrainement Jiwok se déroule correctement et soit efficace.

Voici les 14 conseils pour faire du sport à jeun en toute tranquillité.

1-Faire un minimum de sport

Si vous souhaitez faire du sport pendant le ramadan, il est important de pratiquer un minimum avant le début du jeûne. Il est déconseillé de vous lancer à cette période si vous n’avez jamais pratiqué de sport de votre vie.

La course à pied est un travail d’endurance qui puise dans vos réserves. Il faut donc être habitué à ce type d’effort pour pouvoir s’entraîner lors de cette phase de jeune. Si vous êtes vraiment novice, préférerez des sports comme la marche à pied qui est bénéfique pour la santé et moins exigeante avec le corps. Si vous être déjà un coureur, vous pouvez tout à fait continuer vos entraînements à condition de respecter les règles indispensables ci-dessous.

(Pour ceux qui ne font pas le ramadan mais qui se posent des questions sur les entrainements quand vous êtes à jeun, voici les règles à suivre)

2-Boire beaucoup d’eau

Que vous soyez un grand sportif ou non, vous devez bien vous hydrater dès la rupture du jeun et juste avant la reprise le lendemain. Contrairement à d’habitude où il est conseillé de boire un litre d’eau par jour, vous pouvez pendant cette période boire beaucoup plus d’eau en allant jusqu’à un litre et demi d’eau par jour.

Pour être bien hydraté, vous pouvez aussi prendre des douches froides, ne pas vous exposer au soleil et éviter le café ou le thé. Vous avez aussi la possibilité de boire des boissons énergétiques ou des eaux très fortement minéralisées. Attention, en cas de températures particulièrement chaudes, type canicule, vous devez boire jusqu’à 3 litres d’eau par jour.

3-Manger des glucides la veille

Pour garantir un bon entraînement, vous pouvez manger des glucides avec un index glycémique élevé. Choisissez de préférence des pâtes complètes, du riz complets ou d’autres féculents complets.

Ces aliments ont un indice de satiété très important. L’énergie qu’ils apportent est, en effet, assimilée très lentement par votre corps ce qui vous évite d’avoir faim après votre repas. Ce type de repas reconstitue aussi vos réserves musculaires et assure l’énergie suffisante pour une séance de running ou de fitness pendant le ramadan.

4-Dormir au moins 7 heures

Notre corps a généralement besoin d’au moins sept heures de sommeil pour être opérationnel. Cela est d’autant plus indispensable lors du Ramadan. Il est conseillé de ne pas veiller après 23h00. Dans la mesure du possible, essayer de dormir 7 à 8 heures d’affilées.

Votre sommeil sera alors plus réparateur. Si vous n’avez pas pu assez vous reposer, tentez de faire une sieste dans l’après-midi. Surtout si vous avez un entraînement de running ou de fitness en fin d’après-midi.

5-Commencer par un échauffement

Que ce soit pendant le ramadan ou à un autre moment, il est primordial de bien s’échauffer avant votre entraînement. Commencez par un réveil musculaire avec quelques étirements doux et des exercices respiratoires. Pour le running, pensez à étirer particulièrement les jambes et les pieds. Commencez ensuite votre course par un rythme bas pendant 3 à 5 minutes.

Plus il fait froid, plus votre course doit être progressive. Le réveil musculaire du fitness doit quant à lui solliciter tout le corps et le début de l’entraînement est toujours plus tranquille.

Pendant le jeun, votre corps est plus faible que d’habitude car il a moins de ressources pour produire de l’énergie. Réaliser un échauffement très minutieux est donc important et garantira un entraînement plus efficace.

6-Choisir un lieu sûr
L’entraînement à jeun étant plus risqué, il est fortement conseillé de choisir un lieu fixe pour pratiquer du sport. Pour le fitness, la salle est tout indiquée étant donné que vous êtes très entouré et que les autres sportifs pourront intervenir si vous avez un souci. Pour la même raison, préférez des entraînements de running à deux minimum.

Vous pouvez aussi choisir un parcours en boucle afin de rester près de chez vous. Et enfin, il existe de nombreuses applications sur les mobiles ou les objets connectés comme les montres qui vous localiseront et pourront permettre de vous retrouver facilement.

Ne vous inquiétez pas, ces instructions sont des mesures de sécurité et si vous suivez bien tous mes conseils, votre séance Jiwok sera passera très bien.

7-S’entraîner 1 à 2 fois par semaine maximum

La fréquence de la pratique doit dépendre de votre niveau de sportivité. Si vous êtes habitué à pratiquer un sport comme le running ou le fitness très régulièrement et depuis longtemps, vous pouvez aller jusqu’à trois entraînements par semaine.

Par contre si vous vous entraînez moins régulièrement ou si vous avez fait une longue période sans sport, il est recommandé de réaliser une sortie ou deux maximum par semaine. Vous pouvez aussi commencer par un entraînement par semaine et augmenter si vous voyez que cela se passe très bien.

Pensez aussi à bien espacer vos séances d’entraînements afin de pouvoir bien récupérer entre chaque effort.
Lire la suite »

starstarstarstarstar

debuter-en-course-a-pied

Encore de beaux témoignages cette semaine. Et comme le soleil est de retour, je sens une nouvelle dynamique chez les Jiwoker ! C’es top ! Ne lâchez pas !

Voici donc les témoignages de la semaine :

Jenny
 » Commençons par le début (c’est toujours mieux) : j’ai toujours été nulle en sport. Je n’avais jamais vraiment fait de sport et évidement comme presque toute fille que se respecte, je détestais courir en EPS (Un monsieur Louviot…).
Le problème c’est qu’avec le temps, j’ai pris des kilos et petit à petit, j’ai senti que mon corps me pesait aussi bien physiquement que moralement.
J’ai essayé pas mal de régimes, sans résultats (ou vraiment très court).
Et puis, une amie me harcelait avec son nouveau joujou : Jiwok.
Après des semaines, j’ai craqué et je me suis lancé dans l’aventure du running avec Jiwok. Je dois dire que je ne suis pas du tout déçue.
Les premières séances ont été un peu difficile pour moi c’est vrai, mais très vite j’ai pris le rythme. Et j’ai vu que je progressais ce qui m’a donné envie de continuer.
J’ai découvert que j’aimais ce (petit) dépassement de soi et le plaisir en fin de séance d’avoir réussi à finir la séance.
Après avoir fini mon premier programme de perte de poids, j’ai continué avec second programme pour essayer de courir 1 heure sans difficulté et j’ai pour objectif d’ici le mois de septembre de courir un 10 km (je ne sais pas en combien de temps, mais je vais le faire).

Depuis le début de l’aventure Jiwok, j’ai perdu 14 kilos au total. Mon entourage n’en revient pas et moi non plus. Donc merci à toute l’équipe de m’avoir aidé. J’espère que mon exemple pourra aider d’autres personnes. »
(Jenny a suivi un programme perte de poids en courant puis un programme courir 1 heure)

Arnaud
« Ma préparation pour mon dernier marathon c’est super bien passé. J’ai fais un beau 3 h 31 , je visais le 3 h 30, mais bon ca reste mon meilleur chrono ! Donc je suis quand même super content. »
(Arnaud a suivi un plan marathon 3 h 30)

Amélie
« Séance 5 faite hier sans problème. J’ai été très à l’aise, je suis vraiment contente!! L’entrainement se passe bien avec la voix du coach qui est tojours là pour nous pousser. »
(Amélie suit un programme vélo d’appartement)

Isabel
« Voilà, j’ai terminé ma 4 ème séance! J’adore, ça redonne le moral! »
(Isabel suit un programme débuter le running)

Louise
« Cette entrainement est très bien adapté à mon profil. Je ne peux pas courir (déconseiller par le médecin à cause de mes problèmes de genoux) mais cela me fait le plus grand pied de marcher rapidement. Et la nouvelle application est vraiment top. Continuez comme cela »
(Louise suit un programme de marche rapide)

Et vous, qu’est ce que ça donne votre entrainement Jiwok ?

(crédit photo : San Diego Shooter)

starstarstarstarstar

ostéopathie et sport

L’ostéopathie et la pratique sportive : quand consulter ?

Douleurs articulaires, maux de dos, entorses, fractures, tendinites, stress avant une épreuve… autant de motifs qui poussent le sportif à consulter un professionnel de santé.

Oui, mais : à quel spécialiste s’adresser et pour quel motif ? Médecin du sport, orthopédiste, kinésithérapeute, podologue, ostéopathe… tous proposent, de manière différente, des solutions aux petits et grands maux du sportif.

Cet article est fait pour vous éclairer dans votre choix, et préciser dans quels cas il est indiqué de consulter un ostéopathe.

Qu’est-ce que l’ostéopathie ?

L’ostéopathie est une médecine manuelle originale. Elle vise à rétablir un bon fonctionnement des structures articulaires, ligamentaires, musculaires et viscérales afin d’optimiser les capacités du corps humain. L’ostéopathe considère le patient dans sa globalité. Son objectif est de rétablir un équilibre physique, et, par conséquent, psychique et chimique du corps, à l’aide de techniques exclusivement manuelles.

Toute atteinte des articulations, ligaments, muscles peut provoquer un déséquilibre de l’état de santé. Ce déséquilibre perturbe les capacités physiques du sportif et altère ses performances.  C’est pourquoi de plus en plus de structures sportives font appel à des ostéopathes pour compléter leur équipe  de thérapeutes, aussi bien dans le milieu sportif professionnel qu’amateur (course à pied, rugby, tennis, natation…).

Comment choisir son ostéo ?

On entend souvent qu’il y a des « ostéopathes exclusifs », des « kinés-ostéos », des « médecins-ostéo »…
Il me semble important de préciser que la plupart des écoles qui ne forment que des ostéopathes exclusifs (ni kiné, ni médecin) dispensent environ 5000 heures de formation sur 5 ou 6 ans, le minimum selon moi pour pratiquer une ostéopathie de qualité.

Ce sont ces 5000 heures validées en fin d’études qui donnent droit au Diplôme d’Ostéopathie. Pour être plus sûr du praticien à qui vous avez affaire, vérifiez que cet ostéopathe est  « D.O » : Diplômé en Ostéopathie.

Et n’hésitez pas à vous fier au bouche-à-oreille : c’est encore le meilleur indicateur du savoir-faire d’un ostéopathe…

Quand consulter votre ostéopathe à titre préventif ?

Lire la suite »

starstarstarstarstar

07 mai 2018

éviter les courbatures

Pour ne plus avoir de courbature après une séance de running ou de sport

Douleurs gênantes à la suite d’une activité physique intense, la courbature est souvent la source de frustration, voire de démotivation pour les sportifs.

Les personnes qui commencent la course à pied comme les entraînements Jiwok ou qui reprennent leur entrainement de vélo d’appartement, elliptique, trail, marche ou marche nordique sont les plus exposées à ce phénomène.

Il existe certaines astuces pour en éviter l’apparition ou du moins en atténuer les effets.

Comment se manifestent les courbatures ?

Au cours d’une course à pied, les muscles du corps font deux mouvements distincts : la propulsion et l’amortissement. Si la propulsion est le fait de pousser sur une jambe pour avancer, l’amortissement est la réception sur l’autre jambe.

C’est cette deuxième phase qui provoque le plus souvent les courbatures et c’est ainsi que les courses en descente ou à vitesse élevée ou encore de très longue durée favorisent beaucoup plus l’apparition de courbature.

Les fibres musculaires présentent un micro-traumatisme provoquant une réaction réparatrice des muscles à travers une légère réaction inflammatoire. Ce mécanisme naturel provoque la contraction d’une courbature.

Les muscles présentent ainsi une douleur plus ou moins soutenable qui peut devenir invalidante pour les 12 à 48 heures qui suivent la course à pied.

Ces courbatures peuvent persister pendant cinq à sept jours en fonction de la personne et de l’activité physique effectuée.

Comment les éviter ?

Lire la suite »

starstarstarstarstar

blues marathon gérer l'après course

La déprime après un marathon, est ce que c’est normal ?

Comment gérer l’après marathon ? Que vous ayez réalisé un super chrono, que vous ayez fait une course moyenne, voir horrible, il est important de rebondir et de bien gérer votre après course.

Contrairement à la croyance populaire, le marathon n’est pas terminée une fois que vous traversez la ligne d’arrivée.

Tout votre travail acharné lors de votre plan d’entrainement marathon ainsi que toute la tension mentale accumulée lors de votre préparation ne cesseront pas d’exister une fois votre marathon terminé.

Quelque soit votre résultat de votre marathon, quelques minutes après la fin de celui-ci, le blues post-marathon commencera inévitablement à s’installer en vous.

Le blues post-marathon, c’est ressentir une sorte de grand vide.

Vous êtes passé d’une période où vous courriez 3 à 5 fois par semaines avec un objectif, où vous avez organisé presque tout votre quotidien pour la préparation de cette course : entrainement évidement, mais aussi alimentation, hydratation, soin des petits bobos, etc….

Et après la course, vous retrouvez un rythme de vie normal.

Un marathon mobilise votre énergie et vos préoccupations pendant les semaines précédentes à la course et hop d’un seul coup tout cela disparaît.

L’événement est passé et l’organisation qui va avec aussi, ce qui provoque une perte de motivation, un spleen : un grand vide.

C’est un peu comme pour les enfants avant Noel, beaucoup de battage médiatique et l’excitation avant, et puis quand Noel est passé, tout a disparu, s’est dégonflé et on doit attendre une autre année avant un nouveau Noel.

Après une belle course, la plupart des coureurs veulent continuer sur leur lancée pour garder le niveau durement gagné et de voir dans quelle mesure ils peuvent repousser leurs limites, tandis que ceux qui ont réalisé un mauvais chrono, chercheront sur Internet la prochaine course pour prendre, le plutôt possible, leur « revanche ».

Enfin, les coureurs qui ont une course horrible (voir qui ont abandonné)vous cherchez pendant de longues semaines ce qui «ce qui aurait pu être fait pendant leur entrainement » et ils en souffriront pendant des semaines.
Lire la suite »

starstarstarstarstar

02 mai 2018

pas le temps de courir

Ce mois d’avril a été prolifique ! J’ai reçu de nombreux témoignages et avis de Jiwoker ! Comme chaque semaine, cela me fait toujours autant plaisir de voir votre progrès et votre bonheur de vous dépasser.

Cette semaine la barre des 3 h 30 a été franchi sur un marathon, vous perdez 8 kilos, vous découvrez les joies du running et du vélo d’appartement.

J’espère que tous ces témoignages vous donneront encore plus envie de ne rien lacher !

Voici donc les témoignages de la semaine, bonne lecture.

Nicolas
« Merci Jiwok ! Cela faisait longtemps que je voulais passer sous la barre des 3 h 30 au marathon sans jamais y arriver. Lors de mon dernier marathon j’avais fait 3 h 35 et j’étais assez déçu (je sais ce n’est pas bien grave, mais après 8 semaines de séances être si prés du but, c’était rageant).
Puis j’ai découvert votre service. Au début j’étais un peu dubitatif, mais après les premières séances j’ai été conquis. Surtout j’ai pu poser mes questions au coach sur mes doutes et j’ai été rassuré.
En plus j’ai suivi vos recommandations sur l’alimentation une semaine avant le marathon et je pense que cela a aussi joué sur ma performance.
Quand j’ai franchi la ligne d’arrivée en 3 h 28 de mon marathon, j’étais vraiment super heureux d’avoir réussi !
La préparation a été intense mais cela valait vraiment le coup ! Encore merci de m’avoir aidé à franchir ce cap.
Maintenant je suis votre programme de récupération avant de me lancer dans un nouvel objectif. »
(Nicolas a suivi un plan marathon objectif 3 h 30, a lu (en autre) l’article sur bien s’alimenter une semaine avant son marathon et suit maintenant un programme de récupération.)

Michel
« J’ai pris un entraînement 2 fois semaines , j ai vite rapproché mes séances pour arriver à 3 par semaine. Et déjà perdu presque 8kg sur les 10 visés. Et j’adore maintenant courir ! »
(Michel suit un programme perdre 10 kilos en running)

Karine
« Je termine à l’instant ma 1ère séance, une reprise tranquille après 5 mois d’une opération de l’épaule droite (coiffe des rotateur). La séance au format Mp3 en musique et avec le coach qui prévient quand il faut changer de rythme, c’est très sympa. J’attends de découvrir la suivante….à bientôt.. Pour cette 1ère séance, 11,9 kilomètres et 211 calories…. »
(Karine suit un programme vélo d’appartement pour rester en forme)

Elen
« Cette séance m’a permis de faire mon 1er 5km de la saison sous les 30 minutes !!! trop Contente de moi et ca me motive à continuer !!! »
(Elen suit un programme finir 10 km)

Ghislaine
« Bonjour à tous, super ma 4éme séance en faisant bien les conseils du coach, la séance était facile. Je me suis sentie à l’aise et super bien en forme. Merci coach, bon courage à tous. »
(Ghislaine suit un programme débuter le running)

Karine
« Salut. Première séance et je suis très satisfaite de moi. Je précise qu’en temps normal je déteste courir ou plutôt que je ne sais pas courir mais là c’est passé comme une lettre à la poste. Je suis impatiente de voir comment ce sera à la prochaine séance. MOTIVATION!!!!! »
(Karine suit un programme d’entrainement tapis de course)

Sandrine

« Très bons conseils et dynamique, j’ai même réussi à continuer à courrir après la séance pendant 5mn d’affilée sans manque de souffle, de point de côté très contente de moi je redemarre. »
(Sandrine suit un programme débuter le running objectif courir 30 minutes)

Et vous, qu’est ce que ça donne votre entrainement Jiwok ? N’hésitez pas à m’envoyer votre témoignage.

starstarstarstarstar

Recevez nos dernières infos et conseils
  • Catégories