(crédit photo : Alexandre Launay )

Les effets du surentraînement sur votre corps et vos performances

Notre médecin du sport et mésothérapeuthe attaché à l’INSEP, Dr Charles Aisenberg vous a rédigé un nouvel article concernant un sujet qui touche les coureurs et tous les sportifs qui veulent en faire trop : le surentraînement.

Phénomène quasi inconnu du sportif occasionnel, le surentraînement touche le sportif professionnel mais aussi l’amateur « assidu » notamment dans les phases de préparation intensive (marathon, triathlon, trail etc.), les médecins du sport le redoutent également chez les jeunes en sport-études ou qui pratiquent une activité sportive à haute dose.

L’objectif de l’entraînement est d’induire une adaptation des tissus musculaires et du système cardio-vasculaire par une répétition de séances. Lors de la phase de récupération, entre les séances, l’organisme va se régénérer et doit retrouver un niveau d’équilibre plus élevé qu’avant « l’agression » que constitue la séance d’entraînement.

Ainsi, grâce à un entraînement régulier et équilibré utilisant des charges progressivement croissantes et des périodes de récupération en rapport, le sportif doit progresser.

Le surentraînement est le résultat d’un entraînement mal conduit avec un déséquilibre entre les charges de travail et les périodes de récupération. Chez le sportif amateur, il apparaît lors de la modification des habitudes d’entraînement sur plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Les principaux symptômes du surentraînement sont :

– La fatigue, physique et psychologique, avec une perte du plaisir de l’effort et de la motivation à l’entraînement.
– Des troubles du sommeil soit à type de difficultés d’endormissement ou de réveils nocturnes, soit à type d’hypersomnie sont presque toujours retrouvés.
– Une baisse de l’appétit.
– Des contre performances sans diminution de l’entraînement ; souvent interprétés à tord par le sportif qui va augmenter l’intensité de son entraînement.
– Une perte d’efficacité du geste technique et un risque accru de blessures.

Les causes du surentrainement, souvent multiples, peuvent être :

– Une charge d’entraînement trop élevée (intensité et volumes des séances).
– Une charge d’entraînement mal répartie au cours de la semaine avec des phases de récupération insuffisantes ou inadaptées aux séances précédents.
– Des entraînements trop peu variés.
– Des « aberrations nutritionnelles » ne permettant pas de reconstituer les stocks nécessaires.
– Les stress de la vie courante.
– Le manque de sommeil.

Le traitement curatif est très simple, pour peu que le sportif l’accepte, c’est le repos dont la durée sera fonction de la profondeur du syndrome. Pendant ce temps, pourra être autorisé une activité physique modérée éventuellement différente du sport habituel.

Le vrai traitement est préventif !! Il repose sur un bon programme d’entraînement qui saura vous amener à vous améliorer progressivement sans brûler les étapes et vous permettre de vous reposer entre les séances tout en variant les séances (durée, type et intensité).

Il sera aidé par une bonne hygiène de vie (sommeil, alimentation).

Tout cela pour ne pas oublier que le sport doit rester un plaisir et que pour atteindre l’objectif élevé que vous vous êtes fixé (le marathon de Machin dans 6 mois, les 200 Km de Truc-Chouette en vélo dans 4 mois, etc.) il faut vous en donner les moyens et le temps sans que votre santé en pâtisse.

Il est donc important de suivre le rythme de votre entrainement Jiwok et de bien respecter les temps de récupérations.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: