Enko chaussure running 2

La révolution des chaussures de running est elle en marche?

Enko, les chaussures de running made in France, avec double semelle, double ressort, amorti inégalé et réelle restitution d’énergie, ça vous parle ? Je vous en avais parlé au début du mois de janvier.

Enko a notammenet été propulsé par le CES 2016 ayant notamment reçu un award. Assistons-nous réellement à une nouvelle ère dans la course à pied ou un simple gadget supplémentaire ?

Peu d’infos avancées étaient dispo sur le web, Daniel, notre podologue du sport Jiwok (A qui l’on doit les excellents articles sur le Barefoot Running, les blessures et le Barefoot Running ou sur tout savoir sur le syndrome de l’essuie glace) a donc, avec l’aide de Yann COUDERC, kiné du sport et fondateur du « Coin Forme », interviewé Christian Freschi, le fondateur français d’Enko !

Tout d’abord, voici les point importants à retenir pour remettre cette chaussure dans son contexte :

– Enko s’adresse aux coureurs vieillissants et peut aider certains coureurs avec douleurs,
– Ces chaussures ne sont pas autorisées en compétition et ne s’adressent pas aux coureurs « athlétiques »,
– Des tests poussés ont lieu, en ce moment, avec le CTC de Lyon et certaines universités françaises pour chiffrer les apports biomécaniques d’Enko
– Enko est fabriqué en France et Italie

Retranscription Interview Christian Freschi ENKO

(CF : Christian Freschi, ingénieur et concepteur d’Enko / DB : Daniel Benjamin, podologue du sport et bio-mécanicien / YC : Yann Couderc, kiné du sport et fondateur du Coin Forme)

YC Pouvez-vous nous présenter Enko ?

CF Chaussures de running pour coureur loisir. Le but principal est de protéger le capital santé et, éventuellement, permettre à des gens présentant des pathologies liées aux chocs de continuer à courir. Enko ne s’adresse pas aux compétiteurs et ne sera pas autorisé en compétition.
Ces chaussures s’adressent particulièrement aux coureurs vieillissants, en surpoids et à ceux qui veulent éviter certaines pathologies.

Je suis un coureur depuis longtemps. A 50 ans j’ai eu des problèmes de santé et mon médecin m’a déconseillé le running. C’est là que j’ai commencé à me pencher sur le projet Enko par passion. Ensuite j’ai essayé d’en faire profiter le plus grand nombre en le commercialisant.

YC Pouvez-vous décrire la différence entre les ressorts d’Enko et les différents modèles connus de chaussures comme les Nike Shox ou Adidas Boost ?

Enko chaussure running

CF Avec Enko, on est sur une innovation de rupture, une technologie totalement nouvelle. Avec les autres modèles, l’énergie a toujours été dissipée, jamais restituée, ni liée au poids. Le choc est amorti au travers de deux amortisseurs indépendants qui vont emmagasiner l’énergie. L’énergie n’est pas restituée au moment de l’impact au sol.
C’est très important car elle est emmagasinée puis restituée au moment du lever du talon. Notre système de double semelle permet de conserver l’énergie même avec une foulée lente puis de la restituer en douceur pendant la propulsion. Tout ceci permet de ne pas destabiliser la foulée

DB Nous allons aborder le volet biomécanique, un peu plus technique. La phase d’entrée en contact avec le sol est la phase excentrique. Ensuite les ressorts sont bloqués puis l’énergie est libérée dans la phase de propulsion dite concentrique. On observe amortissement puis restitution d’énergie. Pouvez-vous nous décrire en quoi les ressorts d’Enko permettent d’amortir ?

CF A chaque impact à la foulée, nous avons 2 à 3 fois le poids du corps qui va s’écraser sur le pied. Il y a une énergie assez importante à absorber. L’organisme est fait pour. Donc avec une bonne santé, des qualités athlétiques et une bonne élasticité des tissus, l’organisme amortira bien. Pour les autres, Enko permet d’aider cet amorti.

DB Vous dépassez avec ENKO le stade des chaussures maximalistes. A l’inverse que pensez-vous des chaussures minimalistes ?

CF Je peux vous y répondre car j’ai moi-même pratiqué le minimalisme ! Pour moi c’est particulièrement adapté au sprint et au demi-fond. J’ai même tenté du fond sur l’avant-pied sachant que je passe qu’amortir et restituer l’énergie avec son propre corps, c’est l’idéal.
Par contre, là où je suis contre le minimalisme quand on a voulu le généraliser.
On ne peut pas demander à courir qui se met au running à 50 ans de devenir minimaliste, c’est-à-dire de courir sur l’avant-pied ! L’élasticité naturelle, à l’âge où l’on devient presbyte, se perd énormément, ce qui empêche le minimalisme. Mes chaussures sont une assistance, elles sont faites pour des vitesses de course de 10 à 15 km/h, pas pour les plus compétiteurs.

DB L’élasticité naturelle se traduit biomécaniquement en système suro-achiléo-calcanéo-plantaire qui lit l’arrière du mollet au-dessous du pied mettant notamment en jeu le tendon d’Achille et la voûte plantaire. Ce système se comporte comme un élastique géant qui emmagasine puis restitue l’énergie, à la manière des ressorts des chaussures Enko. Lorsque ce système est sur-sollicité, il est vecteur de pathologies comme les tendinites d’Achille, pathologie la plus connu des coureurs à pied. En quoi Enko porte assistance à ce système suro-achiléo-calcanéo-plantaire ?

CF Vous parlez en tant que biomécanicien. Je vous réponds en tant que mécanicien. Lorsqu’il y a un impact, il y a une énergie à absorber, par le sol, la chaussure ou le corps. Le système que vous décrivez correspond à l’absorption de cette énergie par le corps.
Seulement, certains organismes moins performants ne seront pas capables d’absorber correctement cette énergie.
Si ni l’organisme, ni la chaussure, ni le sol (trop dur) n’absorbent cet impact, il va remonter plus haut, notamment au niveau du dos, ce qui est le problème de beaucoup de coureurs.
C’est là qu’Enko entre en jeu pour absorber une grosse partie de l’énergie, beaucoup plus importante qu’avec une chaussure classique qui n’absorbe que sur 2 ou 3 mm. Sur les chaussures Enko, l’amorti va se jouer sur 20 mm pour une absorption et un ralenti beaucoup plus importants.

DB Dans les publications du running, les chocs de la course à pied ne sont pas considérés comme le facteur principal des pathologies. Les responsables sont réputés être la répétitivité du geste et des tractions sur les différentes structures anatomiques. Encore une fois, c’est le système suro-calcanéo-achiléo-plantaire dont il est principalement question. Les ressorts d’Enko jouant un rôle complémentaire, on peut penser qu’ils peuvent procurer un avantage préventif des tendinites d’Achille, aponévrosites plantaires ou encore des périostites tibiales, pathologies que je vois fréquemment en consultation de podologie. Les chaussures Enko ont-elles été pensé sur ce principe de prévention ?

CF Non, je vais être honnête. La chaussure Enko est très récente. Nous partons à la base avec un petit budget. Aujourd’hui nous testons Enko avec le CTC à Lyon (Centre Technique de la Chaussure) qui travaille avec les universités de Savoie et de Saint-Etienne. Un vrai protocole de test est en cours. Nous analysons également les retours de nos premiers clients.
Il est trop tôt pour affirmer quelque chose de ce côté-là. Aujourd’hui, on peut affirmer qu’Enko apporte un amorti encore jamais obtenu sur des chaussures de running. On s’adapte d’ailleurs au poids. Notre système respecte parfaitement la foulée.
On l’a testé sur des milliers de kilomètres. Enko est une chaussures qui va évoluer. On travaille pour cela avec des biomécaniciens.

YC Enko possède un système qui accompagne le travail du plan postérieur (pied, mollet). Avez-vous remarqué au contraire une sur-sollicitation des loges antérieurs et latérales de la cheville pour freiner ce surplus d’énergie ?

CF Non car on pousse vraiment au niveau du talon et que cette restitution d’énergie est très douce et se réalise sur un angle de 40 degrés. 5 à 15 % de l’énergie est restituée en douceur. Ce n’est pas insensible mais la restitution d’énergie n’est pas violente.

DB Y-a-t-il des recommandations sur une phase d’adaptation au passage sur Enko ?

CF Non, vous allez seulement avoir de nouvelles sensations, certes plus fortes que quand vous passez d’une paire de chaussures classiques à une autre. Il n’y a pas d’adaptation car la foulée n’est pas modifiée. Le système de double semelle (celle sous le pied et celle au sol) entrent en contact à chaque pas, ce qui donne un appui stable au sol.C’est indispensable pour conserver une bonne perception de la foulée.
On a observé dans nos tests que ce contact est indispensable pour bien ressentir une foulée stable. D’ailleurs se système de double semelle se prête très bien pour absorber les excès de pronation et de supination, beaucoup mieux qu’une semelle classique.
Nous sommes en train de travailler là-dessus, notamment sur la mise en place d’amortisseurs de forces différentes pour améliorer l’excès de pronation ou supination.

DB A moyen terme, vous envisagez donc de travailler sur les moments pronateurs ou supinateurs de la foulée en fonction de la restitution de la force des ressorts ?

CF Oui et nous allons d’ailleurs travailler en proche collaboration avec des médecins et biomécaniciens.

YC De vraies études cliniques sont-elles en cours ?

CF Oui, avec le CTC à Lyon, qui dispose d’un banc de tests unique en Europe. Un protocole de 2 mois sur 15 étudiants est en cours et sera sûrement diffusé et nous apportera énormément sur le plan biomécanique.

DB On voulait vous demander si vous aviez des données sur les paramètres spatio-temporels de force et pression de la foulée mais vous ne devez pas encore avoir de données qualitatives et quantitatives à ce sujet ?

CF Non, c’est en cours. Nous avons commencé le protocole il y a 2 semaines.

DB Une petite question de podologue : Voyez-vous des intérêts à mettre des semelles orthopédiques dans des chaussures Enko ?

CF Nous manquons encore un peu de recul pour être affirmatif mais en ce qui concerne la pronation et supination, je répondrai que non. Notre système de double semelle devrait apporter beaucoup plus qu’une semelle orthopédique intérieure pour absorber ces excès de prono-supination.
Un pivot postérieur se déforme à l’impact pour absorber ces excès, effet qui va par contre s’effacer à la propulsion. Nous allons aussi bientôt travailler sur des forces différentes entre les deux ressorts.

DB L’idée serait, par exemple, d’avoir un ressort plus raide à l’intérieur de la chaussure qu’à l’extérieur en cas d’excès de pronation ?

CF Exactement. Nous travaillons également sur des plots interchangeables (sous les chaussures) pour éviter une déformation du plan de contact (usé asymétriquement en fonction de la pro-supination de la course).

YC Pouvez-vous nous expliquer ce réglage de la chassure Enko entre la course et la marche ?

CF Les ressorts Enko sont conçus pour la course. Le réglage permet de ne pas avoir à les comprimer à la marche. Un petit levier permet de déverrouiller les ressorts, ce qui rend la marche plus confortable. La chaussure se plie alors normalement, permettant aux runners de marcher si besoin.

YC Je vais vous posez maintenant une question à tous les deux. La semelle orthopédique du podologue fait des corrections fixes. Avec Enko, on peut commencer à parler de corrections dynamiques de la foulée, de la course. Une complémentarité semble pouvoir se dégager dans un futur pas si lointain ?

DB Le problème que l’on pourrait mettre en avant pour cela est qu’il s’agit d’une correction de série, pas personnalisée. Donc comment, par exemple, pourriez-vous quantifier la « correction » du ressort en fonction de l’excès de pronation d’un coureur par rapport à l’autre, en fonction de son poids, de sa taille ?

CF Nous travaillons sur de nouveaux modèles. Nos amortisseurs vont évoluer en amortisseurs à gaz qui seront réglables par l’utilisateur. Quand on arrivera à ça, on aura fait un grand pas en avant. Nos clients n’auront plus à commander leur Enko en fonction de leur poids mais pourront ajuster l’amorti à leur type de course. Même si le poids représente 80% du réglage de cette absorption d’énergie, la vitesse de course joue son rôle. La pronation et la supination seront aussi réglée avec une sensation plus personnelle.

YC Envisagez-vous alors plusieurs modèles comme un modèle avec des réglages simples réalisés par l’utilisateur lui-même et un modèle avec des réglages plus complexes, nécessitant l’intervention d’un professionnel de la santé ou de la forme ?

DB On entre presque dans des réglages de type cycliste là !

CF Tout à fait, on aura plusieurs modèles dédiés. On a un produit qui va évoluer. Vous savez, les vélos n’avaient pas d’amortisseurs avant ! Nous risquons notamment de faire face à de la concurrence sur des brevets différents mais avec la même finalité. Même si les Enko seront interdites en compétition, elles vont évoluer.

YC Mais peut-être pourrez-vous créer vos propres compétitions d’ici peu.

CF Eh oui, pourquoi pas ! En 2017, nous aurons aussi des modèles adaptés au trail. On nous pose beaucoup de questions sur la marche nordique. On y travaille !

DB Très bien. Nous allons donc rester attentifs à vos premiers retours sur les tests du CTC de lyon qui répondront à plusieurs interrogations que nous nous posons.

CF Aujourd’hui, si nous publions de réelles valeurs au niveau de l’amorti, nous serons les seuls fabricants au monde de chaussures de running à donner des valeurs sur l’amorti !

DB Oui c’est vrai ! Hormis certaines données sur le minimalisme, provenant d’études financées par le fabricant.

CF Nous annoncerons les chiffres du CTC.

YC Enko est fabriqué en France et en Italie ?

CF Oui, la semelle est intégralement fabriquée en France et la partie chaussante en Italie ! On est sur du 100% franco-italien. Ce qui est incroyable c’est que nous sommes totalement dépassés par la demande et que nous avons des délais de 3 mois pour livrer les chaussures, que nous avons du mal à respecter !
Notre entreprise est vraiment né dans l’artisanat et se développe à une vitesse que nous avons du mal à suivre !

YC Envisagez-vous une vente en magasin ?

CF Pas avant 2017. On va rester sur la vente en ligne sur 2016 puis on retrouvera peut-être Enko dans des magasins spécialisés en 2017.

YC : C’est donc un bel exemple de réussite français d’entreprise !

CF Oui, nous avons eu l’immense honneur d’avoir été « awardisé » au CES de Las Vegas, reconnu par des américains avant même d’avoir essayé la chaussure, simplement sur la technologie d’Enko.
Ça a été une immense surprise pour nous ! On a des financiers qui nous suivent désormais pour passer d’un niveau national français à un niveau mondial.

J’espère que l’interview vous a intéressé ! N’hésitez pas à laisser vos commentaires. Et n’hésitez pas à me dire si vous avez essayé les Enko avec votre entrainement Jiwok.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: