running eletrostimulation

L’electrostimulation et le running

Vous avez sûrement déjà entendu parlé de l’electro stimulation et vu des vidéo assez étrange sur le sujet 🙂

Aude, une Jiwokeuse eu la gentillesse de nous envoyer son expérience et son test de l’electro stimulation pendant son entrainement de running.

L’electrostimulation musculaire a pour objectif de faire travailler les muscles, sans pour autant fatiguer son corps. Cela permet aussi de limiter le travail et le poids sur les tendons.

Composé de petites électrodes que l’on pose à chacune des extrémités de ses muscles, ce petit boitier envoi des signaux éléctriques qui vont stimuler le muscle en fonction du programme choisi : circulation, renforcement, récupération, etc.

Les impulsions seront alors plus ou moins longues, plus ou moins fortes, en fonction du programme mais aussi de l’intensité que vous allez régler vous même.

Le muscle se contracte alors directement par le courant éléctrique des electrodes et non pas par la commande de notre cerveau.

Si l’on commence généralement à l’utiliser lorsque l’on est blessé : l’electrostimulation a bien d’autres usages.

test-bluetens-electrostimulation

Contrer la fonte musculaire liée à une blessure

Un electrostimulateur permet de faire travailler ses cuisses quand on ne peut pas à cause d’une cheville foulée, par exemple.

Cela peut permettre de limiter la fonte musculaire, mais aussi de renforcer un muscle trop faible, parfois en partie la cause de cette même blessure.

Attention, cet outil n’est qu’un complément à une activité physique régulière et ne vous permettra par d’entretenir votre cardio, ni de déclencher des réponses physiologiques « classiques » à l’effort (augmentation de la température corporelle, libération d’hormones etc.).

En revanche, votre muscle sera sollicité alors même que vous n’êtes pas en capacité de le faire : on limite la casse donc.

Et puis cela permet aussi de s’occuper de son corps et de se sentir un peu moins inactif et désespéré face à notre condition de blessé : non, on ne peut pas courir là tout de suite, mais on peut au moins agir à minima pour nos pas perdre les résultats de tous nos efforts précédents.

Il permet aussi de soulager les douleurs : crampes, courbatures, contractures, tendinites : certains sont même spécialisés dans le traitement de la douleur, et peuvent être utilisé pour soulager la douleur liées à certaines maladies chroniques.

Lors de la reprise, l’utilisation d’un électrostimulateur permettra aussi de renforcer les effets de nos entrainements, mais aussi d’accélerer la récupération.

Accélérer la récupération

En effet, après l’effort, les muscles sont gorgé de toxines. C’est pour cette raison parfois que l’on conseille la sortie de récupération, à allure douce, pour permettre d’aider l’organisme à éliminer les déchets accumulés dans les muscles.

Avec un électrostimulateur, les muscles vont travailler de manière à favoriser l’élimination de ces déchets, sans impact sur ses tendons et sans se fatiguer. Une récupération active donc.

Compléter un programme de musculation

Renforcer sa musculature permet d’améliorer ses performances. On oublie tout de suite en revanche le mythe du corps qui se muscle tout seul. Encore une fois, c’est un complément (mais quel complément !).

Il va permettre de mieux cibler un muscle afin de le stimuler de manière plus précise. On peut s’en servir au repos, ou multiplier son efficacité en le couplant à des exercices.

Lors de squats par exemple, si le corps à tendance à travailler plutôt avec les cuisses, l’électrostimulateur permettra de stimuler les fessiers pendant l’exercice. On peut aussi le coupler à du gainage, afin de faire travailler les muscles en profondeur.

Les programmes permettent aussi de favoriser la circulation sanguine et le retour veineux, et d’aider à l’élimination de la cellulite.

Quel electrostimulateur choisir ?

Pour ma part, j’utilise le Bluetens (http://www.bluetens.com/fr/le-bluetens/).

Il m’a séduit par son petit gabarit et son innovation : le cerveau, c’est votre smartphone. Cela signifie que l’application télécharge régulièrement des mises à jour et que vous avez accès à un nombre de programme bien plus important que les électrostimulateurs classiques.

Par ailleurs, il est petit, léger, polyvalent et très pratique.

Utilisé dans de nombreuses conditions, il me fait un bien fou lors de courbatures.

J’ai moins apprécié son utilisation lors de douleurs : j’ai dû tester plusieurs programmes avant de trouver celui qui me convenait. D’une facilité d’utilisation enfantine (je choisi la partie du corps concernée, le type de programme que je veux faire, puis je n’ai plus qu’à régler l’intensité en fonction des consigner).

En revanche, on ne met pas en puissance maximale tout de suite : il va falloir quelques séances pour s’habituer.

(Note de Denis : Par ailleurs, je vous ai trouvé un test vidéo du Bluetens )

Pour une utilisation plus ciblée, il peut être préférable de choisir d’autres électrostimulateurs : pour l’aspect antalgique, Le Tens Echo 2, par exemple, est utilisé dans certains hôpitaux. (https://www.schwa-medico.fr/tens-anti-douleur/electrostimulateur-tens-eco-2-neurostimulateur-antalgique.html)

Le compex fit aussi, est un electrostimulateur reconnu pour le sportif : https://www.fitnessdigital.fr/electrostimulateur-compex-fit-1.0-pack-cadeau/p/10005725/#feedback

J’espère que cet excellent article d’Aude sur le sujet vous aura plu et que cela vous aidera à vous décider au non sur l’usage de l’electrostimulation en plus de votre entrainement running.

PS : Fred qui est un lecteur assidu de Jiwok a également tester électrostimulateur suite à une blessure. Vous pouvez retrouver son retour d’expérience ici.

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: