omega3-colza

(crédit photo : laulau280267 )

Voici 30 ans, les premières études épidémiologiques montraient que les esquimaux du Groenland se nourrissant de produits marins riches en acides gras, de la série des omégas 3, mourraient moins de maladies cardiovasculaires que les européens.

Depuis, le Dr M. de Lorgeril, et ses collègues, ont mené à Lyon une étude pour chercher à prévenir la récidive des infarctus. Basée sur des conseils nutritionnels et sur la consommation d’huile de colza, les résultats de cette étude ont lancé la « mode » des omégas 3, et, du régime crétois…

Au delà de l’utilisation marketing de cette découverte, l’impact considérable des omégas 3 en termes de santé et de performance mérite d’être rappelé.

• Tout d’abord les Acides Gras Polyinsaturés, (AGPI), donnent naissance, sous l’action d’enzymes spécifiques, à des molécules qui sont des quasi-hormones. Pour les omégas 3, ces quasi hormones, sont anti-inflammatoires. Au contraire, les omégas 6 conduisent à des quasi hormones pro-inflammatoires.

Donc, de l’équilibre oméga 6/oméga 3 découle l’équilibre et à la maitrise de l’inflammation. Le « runneur » évite, ainsi, la trop grande consommation de médicaments anti-inflammatoires.

• Ensuite, en s’insérant dans la membrane des cellules, notamment des globules rouges, les AGPI leurs donnent souplesse et fluidité. Ces caractéristiques sont indispensables pour permettre, à ces globules rouges, de se déplacer dans les capillaires de faible diamètre et ainsi transporter l’oxygène aux territoires musculaires les plus exigus.

• De plus, les AGPI, de par leur mobilité, peuvent contribuer, de manière importante, à la couverture des besoins énergétiques ; donc d’être préférentiellement oxydés, pour produire l’énergie nécessaire à la course, à la nage, au vélo

Pour en consommer suffisamment de ces fameux acides gras, il suffit de :

• Consommer un minimum de 2 à 3 cuillères par jour (c’est un minimum) d’huile crue riche en AGPI et équilibrée (oméga 6/ oméga 3).

• Éviter les régimes trop restrictifs en lipides.

• Consommer des poissons gras trois fois par semaine.

Les aliments les plus intéressants à consommer sont alors :

• L’huile de colza et l’huile d’olive (mélange à parts égales) : première pression à froid et biologique + ail, oignons, persil, et/ou herbes aromatiques.
Ce mélange peut être utilisé pour préparer des vinaigrettes, ou après cuisson, sur les légumes, les féculents (riz, pâtes, pomme de terre).

• Les saumons, les maquereaux, les sardines, les harengs ….

Bon appétit et bon entrainement .

Frédéric GUERRI , nutritionniste Sportif

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: