cervical
(crédit photo : Julia Tarraf )

Que l’on soit sportif confirmé ou débutant, que l’on pratique le running, la natation ou le tennis, que l’on fasse 1h d’entraînement par semaine ou 5… les sportifs sont souvent confrontés à des douleurs cervicales.

Pourquoi ? Position inadaptée pendant la pratique sportive, mauvaise récupération, fatigue, entrainements plus intenses en vue d’un objectif… sont quelques raisons qui peuvent expliquer la survenue de ces douleurs.

N’oublions pas que le rythme de vie professionnel peut également jouer : stress, transports, mauvaise ergonomie au travail (ordinateur sur le côté, téléphone de l’autre), sac sur l’épaule toute la journée…

Y remédier est indispensable pour continuer à pratiquer son sport préféré avec plaisir et sans douleur.

Le rachis cervical est la partie supérieure de la colonne vertébrale : on l’appelle communément « la nuque ». Il est composé de 7 vertèbres, très mobiles.
Il joue plusieurs rôles majeurs :
– Support et orientation de la tête ;
– Protection de la moelle épinière ;
– Lien avec des nerfs se dirigeant vers les épaules et les bras, le cœur, le diaphragme, le système digestif… ;
– Proximité de la trachée (pour la respiration), de l’œsophage (pour l’alimentation), de vaisseaux sanguins vers le cerveau ;
– Relation avec la mobilité des l’épaule et du bras – via des muscles (comme les trapèzes), les clavicules, les omoplates – et du reste de la colonne vertébrale.

Ainsi, la grande mobilité et les nombreux liens (ligamentaires, articulaires, neurologiques…) du rachis cervical avec le reste du corps sont aussi à l’origine de « compensations » : il n’est pas rare de voir une perte de mobilité de l’épaule, du coude, d’une côte, d’une vertèbre dorsale ou lombaire, du diaphragme… se manifester par une douleur cervicale.

Quelques conseils (de base !) pour les éviter :

– Hydratez-vous avant, pendant et après l’effort ;
– Echauffez-vous avant et étirez-vous après la séance : mouvements circulaires de la tête, insister notamment sur l’inclinaison, c’est-à-dire oreille vers épaule, pour étirer les trapèzes.
– En cas de contracture, une application de « chaud » (bouillote d’eau bien chaude, gelée à passer au micro-ondes) aide à soulager.
– Ecoutez-vous : si vous ressentez trop fortement les douleurs pendant le sport, n’insistez pas ;
– Faîtes attention à tout changement trop brusque d’intensité d’effort, de matériel, de terrain d’entraînement…

Si malgré tout, la douleur est toujours présente, n’hésitez pas à consulter un professionnel de santé…

Je vous parlais le mois dernier de l’ostéopathie pour les maux du sportif. Elle est également indiquée dans les cas de douleurs cervicales. Pourquoi ?

Beaucoup de patients ne veulent plus entendre parler de l’ordonnance classique du mal de dos (antalgiques + anti-inflammatoires + myorelaxants) : efficacité limitée dans le temps, inconfort digestif… Et on les comprend ! Surtout si la cause de la douleur est mécanique (mobilité diminuée, sur-sollicitation des épaules, mauvaise posture au travail ou au sport…) ou vient d’ailleurs (dorsales, lombaires, mâchoire, thorax…).

L’ostéopathe fera avec vous le bilan de votre activité sportive et de vos antécédents (notamment traumatiques) pour comprendre l’origine des douleurs :

– Si vous êtes nageur, pensez-vous à aligner la tête et la nuque dans l’axe du corps ? Avez-vous brutalement changé d’entraînement ? De nage ? D’accessoires de pratique (paddles) ?
– Si vous êtes coureur, utilisez-vous beaucoup vos bras pour vous aider dans l’effort ? Arrivez-vous à respirer de façon abdominale pendant toute la course ou vous essoufflez-vous rapidement, en tirant sur les muscles du cou et le haut du thorax ?
– En salle de fitness, utilisez-vous les machines de musculation, notamment celles pour les pectoraux, les rhomboïdes, les biceps/triceps ? Comment est placée votre nuque ?

Il cherchera aussi les signes « associés » : maux de tête, vertiges, douleurs qui descendent dans les bras, fourmis dans les doigts…
Si besoin, il vous adressera plutôt à un médecin, pour un avis de spécialiste (médecin du sport, rhumatologue, orthopédiste) ou pour une éventuelle imagerie (radio, scanner, échographie…).

D’autres approches thérapeutiques pourront aussi vous être recommandées (kinésithérapie, podologie…) : l’efficacité de la prise en charge pluridiciplinaire du sportif n’est plus à prouver !

Il redonnera manuellement mobilité et souplesse aux structures qui en manquent, afin de diminuer les douleurs. Il vous donnera également quelques conseils : sur la position à adopter pendant le sport, sur votre hygiène de vie… pour retrouver « un esprit sain dans un corps sain » !!

Pour toute question, remarque, renseignement : marie.mauviel@gmail.com !

Marie Mauviel
Ostéopathe Jiwok

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Articles intéressants :
Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: