Aujourd’hui nous avons la chance d’accueillir un médecin spécialiste de la médecine chinoise.

Il traitera dans son article du traitement du « mal au genou » par la médecine chinoise.

Introduction

La pratique de l’activité sportive, même si elle est grandement bénéfique, est malheureusement souvent source de blessure, engendrant l’arrêt de cette dernière.

Autant certaines pathologies sont facilement prises en charge par une modification de la technique, l’adaptation du matériel ou de la posture, ainsi que par la médecine conventionnelle et ses différents traitements, autant il arrive parfois que certaines situations soient résistantes à cette prise en charge.

La médecine traditionnelle chinoise, quant à elle, présente une expérience clinique de plusieurs millénaires et propose une très bonne prise en charge de ces pathologies liées à l’activité physique et sportive.

Elle permet une récupération optimale avec un retour plus rapide au sport, sans effet secondaire et avec un taux très faible de rechutes

Chez les coureurs, les pathologies de genou sont une cause fréquente d’interruption d’entraînement. Voyons ci-dessous le cas de la synovite du genou. 

Qu’est-ce que la synovite du genou ?

Print

Pathologie courante, notamment chez les sportifs, la synovite du genou est souvent causée par un traumatisme aiguë ou par un traumatisme chronique (surutilisation et mouvements répétitifs du genou).

Les femmes sont plus atteintes que les hommes et elle touche surtout les personnes de plus de 40 ans.

Les symptômes principaux sont : 

– tuméfaction (gonflement), visible à l’œil nu et persistante.

– limitation des mouvements à des degrés variables, en extension et en flexion.

– douleur, s’étendant aux muscles environnants.

– aggravation des symptômes après un effort physique ou après une montée/descente d’escaliers.

– douleur à la palpation de la rotule.

La synovite du genou provient de l’altération des membranes synoviales causée par un traumatisme aigu ou chronique.

Dans les deux cas, il y a une hémorragie locale et une accumulation de liquide synovial, d’où les douleurs, la tuméfaction et l’augmentation de la pression entravant la circulaton sanguine et lymphatique.

Si le liquide s’accumule longtemps dans l’articulation du genou sans être résorbé, l’épaississement des membranes synoviales se produit en causant une adhérence, d’où les mouvements difficiles perturbant la vie et le travail de tous les jours. 

Diagnostic et traitement en Médecine Chinoise

En Médecine Chinoise, cette pathologie fait partie des « Bi Zheng » (syndrome d’obstruction ou syndrome rhumatismal).

Cette obstruction peut être causée soit par un traumatisme aigu, soit par l’installation progressive d’un « froid » dans l’articulation, engendrant un ralentissement de la circulation du sang, et permettant ainsi aux liquides de stagner, d’où la survenue de la maladie. 

La Médecine Chinoise traite cette pathologie avec l’acupuncture-moxibustion, parfois associée à la pharmacopée chinoise. 

L’acupuncture sert à travailler localement pour réactiver la circulation du sang et des liquides afin de désobstruer l’articulation. 

La moxibustion est une technique de la médecine chinoise qui consiste à faire chauffer une plante (l’armoise) sur la zone atteinte.

La chaleur que procure la moxibustion permet d’accentuer la levée de l’obstruction dans les vaisseaux sanguins. 

La synergie de l’acupuncture et de la moxibustion engendre l’accélération de la circulation sanguine et lymphatique, d’où la résorption rapide de l’état inflammatoire.

Cela permet au corps de réparer les membranes synoviales et donc d’avoir des effets thérapeutiques. 

Pratique clinique et recherches modernes en Médecine Chinoise

La pratique clinique démontre que l’extraction de l’eau du corps du la synovite du genou peut entraîner une accélération de la sécrétion des liquides synoviaux.

Quant aux infiltrations, bien qu’elles puissent soulager les douleurs et accélérer la résorption des exsudats inflammatoires, elle n’empêchent pas les rechutes qui sont fréquentes et les effets secondaires sont nombreux.

Par ailleurs, elles peuvent provoquer localement une ostéoporose. 

Or, la méthode de l’acupuncture-moxibustion est efficace et sans effets secondaires. Par ailleurs, peu de cas de rechute sont constatés. 

En ce qui concerne plus particulièrement la moxibustion, les recherches modernes démontrent que l’infrarouge que dégage la moxibustion peut pénétrer dans la profondeur des tissus, ce qui a pour effet de renforcer le métabolisme des tissus locaux affectés.

Il permet également d’atténuer l’excitation des nerfs périphériques, ce qui favorise le rétablissement des fonctions de la partie atteinte. 

Par ailleurs, la chaleur et le rayonnement que procure la moxibustion peuvent agir sur les nerfs et les vaisseaux sanguins qui se trouvent à la proximité du siège de l’affection, ce qui permet localement de réguler la pression osmotique du plasma, d’améliorer la circulation sanguine, de renforcer les fonctions immunitaires. Ces effets contribuent à une accélération de la disparition de l’état inflammatoire et du rétablissement des fonctions. 

Traitement complémentaire avec la pharmacopée chinoise

En fonction du diagnostic et du caractère aiguë ou chronique de la synovite, une pharmacopée chinoise pourra vous être proposée.

Ces plantes très spécifiques à la médecine chinoise ont des propriétés curatives permettant, ici dans le cadre de la synovite du genou, de :

– expulser l’eau et réduire la tuméfaction

– éliminer le « Yu Xue » (sang stagnant ou coagulé)

– arrêter les douleurs et les spasmes

– éliminer l’état inflammatoire

Pour parler de manière plus générale de la pharmacopée chinoise, chaque préparation de plantes, en fonction de la partie de la plante utilisée (racine, tige, feuille, fleur, fruit, etc…), de la posologie de chaque plante à l’intérieur de la pharmacopée et de son mode de préparation (sauté au vinaigre, grillé, sauté au miel, cru, trempé, etc…), lui confère des effets différents.

Par exemple, une même plante, à un dosage différent, peut avoir des effets totalement contraires.

C’est pourquoi chaque combinaison de plantes doit être adaptée aux symptômes de la personne et seul un Ethno-Médecin de Médecine Chinoise, ayant étudié la pharmacopée chinoise, peut, après un diagnostic appartenant au système médical chinois, déterminer la bonne formule de plantes adaptée votre symptomatologie.

Auteur : Plume Charpentier, Ethno-Médecin de Médecine Chinoise, Spécialisée en Traumatologie Sportive

Sources :

Site : https://www.tchenjen.com/  

« Jin Kui Yao Lue » écrit par Zhang Zhongjing au début du IIIe siècle et remanié par Wang Shuhe en trois volumes. Il traite principalement des maladies diverses de la médecine interne, d’une partie de la médecine chirurgicale et des maladies de la femme. Il y a 25 chapitres, incluant 262 prescriptions

« Revues ATC Acupunture Traditionnelle Chinoise »,

« Revue de la clinique d’acupuncture-moxibustion – 5/2006, p.42 »: Dr WU Jin Zhan, hôpital de médecine chinoise de la ville de Feng Hua 

« Revue Recherche en médecine chinoise – 9/2010, p.78-79 »: Dr CHENG Yuan Zhao et CAO Yong He, service de médecine physique et de réadaption de l’hôpital de la Faculté de médecine de la ville de Xin Xiang

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: