courir-avec-plaisir

(crédit photo : sebastien.b )

Tout d’abord merci à Florence d’avoir pris le temps de m’envoyer son témoignage. (j’en ai encore plein sous le coude :).
C’est pour moi, un vrai bonheur de recevoir vos emails. Ils transpirent le plaisir et la satisfaction d’avoir atteint vos objectifs grâce à Jiwok.

Mon moment préféré : « Et dire qu’il y a 1 an et demi je ne faisais pas de sport… »

Alors merci à vous aussi .

Bonne lecture :

 »
Bonjour,

J’ai commencé le sport en juin 2009 après une première grossesse histoire de me réserver un temps pour moi pour décompresser entre le boulot et la vie de famille. Une collègue et amie m’avait conseillé Jiwok et bien que je n’aimais pas courir avec un casque sur les oreilles j’ai trouvé ça plutôt marrant (c’était l’époque du coach qui criait fort pour nous mettre un coup de fouet), voire stimulant.

Jiwok est ensuite devenu payant mais je me suis dit que bon, le prix était modique par rapport à une salle de sport et puis les plans avaient l’air plutôt bien faits (même si en tant que sportive débutante je n’y connaissais pas grand-chose).

Les premiers résultats se sont faits sentir lors du semi de Rambouillet, fini en 1h54. Mais bon, c’était sur du plat donc bien pour une découverte mais j’avais envie d’un défi plus ardu pour mieux connaître mes limites.

Mon cher et tendre m’a incitée à m’inscrire à Marseille-Cassis, arguant qu’il me suivrait tout le long de la course et que l’on finirait main dans la main… pas de chance pour le romantisme : j’ai eu le temps de m’inscrire, pas lui (en 24h les inscriptions étaient closes). Qu’à cela ne tienne, il était trop tard pour reculer et la seule chose qui me restait à faire était de me télécharger un plan d’entrainement Jiwok !

Mon choix s’est arrêté sur « finir un semi en 1h45 – 3 séances /semaine pendant 8 semaines ».
Alors que j’avais visé 2h00 pour finir la course, voilà que tombent la pluie, la grêle, les vents violents et que montent par conséquent le stress et la panique.
Après 1h30 d’attente sur la ligne de départ, je commence ma course en m’interdisant de regarder mon chrono.

Au milieu du col de la Gineste, voilà le coup de mou, les vertiges et l’envie de lâcher mais voilà la petite voix Jiwok qui revient « on lâche les épaules », « on ne regarde pas ses pieds », « pensez à votre foulée », et là je redémarre !

C’est donc avec les épaules relâchée et en prenant du plaisir (ça aussi, c’est le coach qui le dit J) que j’ai franchit la ligne d’arrivée et 1h51 !

Et dire qu’il y a 1 an et demi je ne faisais pas de sport…

Merci Jiwok parce que sans toi, je n’aurais pas fait tout ça !

A bientôt,

Florence  »

Florence en action :
mc_01

(j’aurais aimé mettre la photo en haut, mais elle était trop petite)

About the author

Denis Dhekaier est le co-fondateur de Jiwok, spécialiste du coaching en running, course à pied, vélo d'appartement, vélo elliptique, tapis de course, de marche, natation. Find me on Google+

Si vous avez aimé cet article,
inscrivez-vous à notre newsletter (c'est gratuit)
Adresse Email: